À LA UNE New

WALRUS AUDIO – Entre mystère et innovation

Une marque qui n’a pas peur de l’expérimentation et qui livre des effets pointus et créatifs… Bienvenue à Oklahoma City, chez Walrus Audio.
Propos recueillis par Guillaume Ley

Walrus Audio est considéré comme un fabricant très porté sur l’innovation…
Colt Westbrook (fondateur et président) : (sourire) Nous essayons surtout de réaliser des effets avec une excellente qualité audio et qui sont aussi beaux à regarder qu’à entendre.

Vous faites beaucoup d’expérimentations avant d’obtenir un résultat qui vous plaise. Peut-on considérer certains de vos effets comme d’heureux accidents ?
Accident, je ne sais pas, mais il y a, il est vrai, une petite part de mystère à chaque fois que nous nous lançons, ce qui est super chouette. Le but est de fabriquer des effets intemporels, comme certains classiques, mais
 qui disposent de réglages modernes pour des manipulations encore plus poussées, qui plaisent souvent aux guitaristes contemporains.

Vous avez commencé en 2011. Il a fallu attendre 2014 pour que sorte votre première pédale entièrement numérique, The Descent.
C’est vrai que nous avons commencé par du 100 % analogique pour le Voyager, le Deep Six, l’Iron Horse, le Jupiter… La réverbe The Descent fut une bonne base de travail pour la suite de nos effets. Elle nous a permis de développer une autre manière de les aborder.

Cela implique-t-il de futurs 
effets analogiques pilotés numériquement ?

C’est une possibilité, mais le coût supplémentaire que cela implique va se répercuter sur le prix du produit. Et je ne veux pas vendre nos effets qu’à des musiciens professionnels ou des patrons de banques (rires).

Vous avez d’ailleurs réalisé de
 très jolis T-shirts qui reprennent
 les illustrations de certains de vos effets.

Merci ! Cela ne représente même pas 1% du total de nos ventes (rires). C’est vraiment pour la beauté du geste.

Vous venez de sortir le Defcon4, un préampli au format pédale portant la signature de Ryan Adams.

Oui, il cherchait un vrai bon égaliseur pour triturer le son de sa guitare et il voulait que cette pédale ressemble à un jouet high tech des années 80. Il l’a utilisée sur chaque morceau de son nouvel album. J’ai hâte d’entendre le résultat pour savoir si nous avons réussi notre coup.

Il avait déjà réalisé un effet signature avec une autre marque, le VCR chez JHS.

Je l’ai essayé, bien entendu, et j’ai adoré cet effet. Josh (Scott, patron de JHS. Ndr) a fait un super boulot. C’est facile à utiliser, ça va droit au but. Ce qui est cool, c’est que nous ne sommes pas tout à fait sur le même créneau
 et qu’il y a de la place pour tout le monde.

L’interview a été réalisée avant que Ryan Adams ne soit accusé d’abus sexuels, des faits graves révélés par une enquête du New York Times et qui a poussé la marque JHS Pedals à stopper sa collaboration avec l’artiste.


Une esthétique unique
Chaque modèle sorti par Walrus Audio est une véritable petite œuvre d’art qui rend ces pédales d’effets encore plus sexy, grâce à une étroite collaboration avec
 de nombreux artistes. « Une grande partie de nos visuels a été réalisée par Nathan Price, qui est un proche. Nous avons aussi travaillé avec plusieurs artistes de chez nous, Oklahoma City, comme Chris Castro, et avec un graphiste anglais, Adam Forster. Nous essayons de faire en sorte que nos visuels soient toujours en phase avec le produit qu’ils illustrent. Par exemple, les premiers utilisateurs du Chorus Julia nous ont parlé cette sensation d’avoir un effet un peu aqueux, avec des résonances comme si vous étiez sous l’eau… L’illustration qui en découle paraît donc logique. L’histoire de ce Chorus est en quelque sorte liée à celle du personnage sur le boîtier, comme sorti d’un conte folklorique aquatique ».

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password