À LA UNE New

TOY – Join the pop !

Pas moins de 3 ans après « Join The Dots », le groupe londonien Toy présente enfin son troisième album, « Clear Shot », alors que le champ semble plus que jamais dégagé pour leur pop à guitares.
Propos recueillis par Flavien Giraud

Considérés à leurs débuts comme les petits frères de The Horrors, les Anglais de Toy avaient presque disparu
 des radars. Après un changement
 de personnel (Max Oscarnold, vu également dans The Proper Ornaments, est venu remplacer Alejandra Diez), et une activité parallèle (le projet Sexwitch avec Natasha Khan de Bat For Lashes en 2015), le groupe vient enfin se rappeler à notre bon souvenir avec 
« Clear Shot ». Et une fois de plus, Tom Dougall et ses comparses se montrent capables de faire tomber vos défenses en une mélodie imparable, un refrain parfait : Reasons Why ou My Heart Skips A Beat sur le premier album, Frozen Atmosphere sur « Join The Dot », Another Dimension sur cette dernière livraison… Même s’ils ont pris leur temps, leur créativité n’est pas en péril : « On veut faire le prochain aussi vite que possible : pas dans 3 ans ! Chacun écrit des chansons, chacun joue avec les instruments des autres, chacun peut suggérer des arrangements, on apprend sans cesse de nouvelles manières de faire et de créer de nouveaux sons… Même si ce n’est pas vraiment démocratique, puisqu’on est tous à peu près d’accord ! On joue ensemble depuis si longtemps qu’on sent ce qu’on veut en ressortir. C’est très collectif. »

Pop + guitare
Alors que certains observateurs cherchent désespérément un semblant de frisson dans la pop d’aujourd’hui où les synthétiseurs continuent d’éclipser les guitares, le quintette poursuit sa route sur des chemins de traverse où les claviers arrangent, mais la guitare conduit, et Toy continue de ne pas choisir entre pop à l’anglaise et tentations psyché/noisy/shoegaze/ kraut savamment dosées. « On ne se préoccupe pas vraiment de ce qui se passe dans la culture mainstream, prévient le guitariste Dom O’Dair, et on a toujours été intéressé par les synthétiseurs et tous les types d’instruments, même si pour nous la guitare prend une place prépondérante. Mais ça nous intéresse de la combiner avec d’autres trucs. » « On crée un mur de son, dans lequel les guitares jouent un rôle », renchérit le bassiste Maxim Barron qui défend un son moderne. « il n’y a pas de nostalgie dans la musique qu’on fait. Mais j’aime bien l’idée d’être dans un groupe à guitare à un moment où ce n’est pas vraiment dans l’air du temps ! (rires) C’est plus intéressant… »

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password