À LA UNE New

SCHECTER E-1 KOA NATURAL SATIN – Koa de mieux pour le heavy ?

Ne vous fiez pas à l’aspect naturel et dépouillé de cette guitare, qui assure grave dans les registres musclés, mais sans froideur, et avec un confort de jeu surprenant vu sa forme et ses inspirations.

Schecter n’en est pas à sa première interprétation de l’Explorer. 
La découpe originale de cette E1, pile poil à l’équilibre entre le respect de la tradition et la petite pointe de modernisme, est toujours de mise. Côté look, on note un peu de changement. Après la sobre Standard, les éditions 
limitées au look plus voyant 
(avec Floyd et Sustainiac) 
et les Custom avec leur
 table en érable ondé et leur
 finition soignée, on trouve ici une table en koa, le reste du corps étant en acajou, une essence plutôt rare sur les guitares électriques. Si cette table peut éventuellement faire penser à des meubles des années 70 pour certains, son côté mat (qui va très bien avec la finition satinée) donne un vrai cachet à ce modèle, dont la tête est assortie au corps. La finition rend le jeu facile et la glisse agréable.

Ergonomie totale
Si la vraie Explorer n’est pas toujours facile à manipuler, l’E-1 est franchement confortable à jouer. Elle tient parfaitement en place quand on joue debout, et les découpes intelligentes (le petit chanfrein stomacal et l’arrière de la corne d’accès aux aigus) évitent toute fatigue du poignet en le tordant dans tous les sens. C’est très agréable. On a commencé par jouer quelques plans en son clair. Le son est bien défini, équilibré, mais ne donne pas une impression de chaleur, ni de grande dynamique. Certes, il est possible
 de splitter les humbuckers pour se rapprocher d’un son de simple, ce qui rend l’ensemble plus sympa sur les sons crunch. On obtient alors un rendu à la fois rock et rauque (n’roll, bien entendu), mais c’est dans le registre saturé que ces micros défoncent tout. Il s’agit en effet de modèles Schecter San Andreas, passifs, mais à gros niveau
 de sortie. Là où les Pasadena et Sunset Strip qui équipaient la version Custom avaient un niveau modéré pour un rendu vintage-moderne plutôt réussi, ceux de l’E1 Koa sont résolument plus contemporains. Les harmoniques fusent, les graves sont présents mais jamais baveux, tout reste précis sans froideur. C’est génial pour percer dans le mix et le son ne devient ni agressif, ni maigrelet. Quant au grave, il s’obtiendra aussi en augmentant le réglage des basses sur votre ampli. En palm mute, on rend le son plus fat, or le palm mute, cette E-1 adore !

Modern dense
Loin du classique « son du micro manche rond et son du micro chevalet plus agressif », on a surtout apprécié l’équilibre du volume entre la paire de micros. Pas de perte, un son toujours audible, bref, le duo parfait quand
 on passe de l’un à l’autre, qui permet d’éviter les compensations d’urgence sur son ampli ou son pedalboard. Ça aussi, ça fait partie du confort de jeu. C’est juste dommage de rester sur la formule à un volume et une tonalité : 2 volumes, comme chez Gibson par exemple, auraient pu offrir encore plus de flexibilité. Surtout que les potards
 de cette E-1 possèdent chacun un petit anneau avec grip d’un confort absolu 
à la manipulation et d’une précision remarquable. Une guitare naturellement dépouillée de tout artifice inutile, mais qui envoie le koa de manière organique dans un registre poilu. Aussi sobre qu’efficace.
Guillaume Ley

Caractéristiques

  • Corps : acajou avec table en koa
  • Manche : acajou 3 pièces
  • Touche : ébène
  • Micros : Humbuckers Schecter USA San Andreas (x2)
  • Contrôles : volume, tonalité avec push-pull pour split micros, sélecteur à 3 positions
  • Chevalet : TonePros T3BT TOM avec cordier T1Z
  • Mécaniques : Schecter à blocage
  • Origine : Corée du Sud
  • Prix : 1349€
  • Distributeur : www.htd.fr


C’est koa ce bois ?
Voilà une essence dont 
on peut cibler l’origine précisément, puisque 
le koa vient, dans sa
 très large majorité de l’archipel d’Hawaï. Les qualités acoustiques qui 
le caractérisent sont à la
 fois la chaleur et la clarté. Ce bois plutôt dense et assez dur a souvent été utilisé pour fabriquer le dos et les éclisses de guitares acoustiques haut de gamme, et sert aussi pour les ukulélés. Mais on peut aussi le retrouver sous forme de table d’harmonie (comme c’est le cas sur cette Schecter), où il permet d’obtenir des sons plus clairs et des harmoniques mieux définies. C’est ce duo formé avec l’acajou sur l’E-1 qui, avec les micros San Andreas, livre ce résultat à la fois chaleureux et pointu, mais jamais trop sourd.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner