À LA UNE New

RIVAL SONS – Les fils prodigues

Enregistré dans l’urgence, « Hollow Bones », le cinquième album de Rival Sons, propose plus un solide résumé des épisodes précédents qu’un nouveau changement de cap. Mais qu’importe, le groupe n’a plus besoin de prouver qu’il fait désormais partie de la cour des grands.
Propos recueillis par Jean-Pierre Sabouret

Jusqu’à « The Great Western Walkyrie », votre quatrième album en seulement 5 ans, vous vous étiez résolus à prendre tout votre temps sur le suivant, l’enchaînement « album-tournée » n’étant pas forcément bon pour l’inspiration… Finalement, on aura pas attendu tant que ça.
Scott Holiday (guitare) : Nous pensions avoir tout le temps d’enregistrer cet album, mais nous avons dû nous contenter du minimum. En plein travail sur « Hollow Bones », on nous a annoncé que nous avions été choisis pour assurer la première partie de toute la tournée, sans doute ultime, de Black Sabbath. Entre notre tournée en tête d’affiche, celle en première partie de Deep Purple et toutes ces dates avec Black Sabbath, sans oublier quelques festival, il ne nous restait que 30 jours pour boucler l’album. Nous avions envie d’expérimenter pas mal de nouveaux plans et il fallait y aller sans perdre une minute. Mais ça a donné un sentiment d’urgence très excitant. J’espère que les gens ressentiront cette même impression en l’écoutant.

Vous aviez malgré tout une idée générale de la direction qu’allait prendre cet album ?
La seule résolution claire que nous avions était de ne pas faire le même album, consciemment ou inconsciemment. Pour le reste, l’idée était de ne retenir que des titres imparables et de ne pas faire de remplissage. J’ai enfin pu expérimenter à la guitare électrique un ope de Ré que je n’utilisais qu’en acoustique. C’est peut-être un détail, mais ça a ouvert la porte à de nouvelles ambiances. J’ai aussi testé pas mal de nouveaux effets, comme des pédales Fuzz vraiment différentes. Ah oui, j’ai aussi joué pour la première fois sur une guitare baryton et je me suis surpris moi-même à trouver des plans dont je ne me savais même pas capable. Un titre comme Hollow Bones Pt. 1 possède un groove vraiment étrange pour nous… Et sur Baby Boy ou Pretty Face, je pense que vous avez une version moderne et réactualisée du groupe.

Vous assumez donc votre côté revival pour le reste…
De notre point de vue, tout ce que nous faisons est moderne. Mais de l’extérieur, je comprends que les gens nous associent aux années 60 ou 70.

 

Zoom matos

  • Gibson Firebird 1965
  • Gibson Firebird Custom
  • Meloduende Billy Jo Jupiter
  • Gretsch White Penguin
  • Kauer Banshee Custom
  • Kauer Banshee Baritone JR Custom
  • Fender Jazzmaster 1962
  • Fano GF6
  • Jerry Jones Longhorn Baritone
  • Art Davis Acoustic
  • Orange OR50
  • Supro

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password