À LA UNE New

QUICKSAND – Interiors – (Epitaph)

Après s’être séparé en 1995, puis réuni par 2 fois (la seconde reformation date de 2012), et avoir donné quelques concerts outre-Atlantique, Quicksand brise enfin 22 ans de silence discographique en livrant un nouvel album que l’on n’osait plus espérer. Entre temps, les membres du groupe n’ont pas chômé et ont multiplié les projets : Walter Schreifels avec Rival Schools, Vanishing Life, Dead Heavens, sans oublier une conséquente carrière sous son nom ; Sergio Vega avec les Deftones depuis 2009, juste après avoir joué au DJ pendant une poignée d’années, alors que Tom Capone (guitare) et Alan Cage (batterie) ont été un peu plus discrets. Malgré tous ces butinages à gauche et à droite, les intéressés semblent avoir très vite retrouvé une belle et solide unité en studio. Résultat, plus de 2 décennies après l’excellent « Manic Compression » (qui aurait quand même mérité un meilleur traitement sonore), le quatuor n’a rien perdu de son savoir-faire, bien au contraire, et réalise avec « Interiors » un magnifique sans-faute, du début jusqu’à la fin du disque : production aux petits oignons, morceaux de premier choix, mélodies imparables et riffs fédérateurs (et vice versa). Les non initiés trouveront à juste titre des similitudes avec les Deftones (Illuminant, Under The Screw, Interiors, Hyperion), la 7-cordes de Stephen Carpenter en moins, et les fans de la première heure assez d’arguments pour catapulter ce troisième album aux premières places des tops de l’année 2017. Quicksand n’a sans doute plus rien à prouver aujourd’hui, mais le groupe a encore de belles pages à écrire. Que du bonheur, en version grande taille.
Olivier Ducruix

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner