breaking news New

PIT SAMPRASS – L’ingé nu

Le bien nommé « Naked » marque le début de la carrière solo d’un musicien bien connu de la scène punk rock de l’Hexagone. Explications.
Propos recueillis par Olivier Ducruix – Photo : © Pierre Wetzel

Sous ce drôle de nom faisant référence à un tennisman célèbre des années 90 se cache Pierre Mestrinaro, l’ex-frontman des Burning Heads de 1988 à 2018. Quatre ans après cette séparation, il s’empare de la guitare folk que le frontman des Québecois de Vulgaires Machins lui avait rapportée d’Amérique du Nord il y a quinze ans, sans aucun plan de bataille préétabli en tête. « Tout part d’une vidéo que j’avais posté sur les réseaux sociaux dans laquelle je jouais un titre de NOFX à l’acoustique, filmée à l’arrache avec mon téléphone. Quelques potes ont aimé et ma fille m’a suggéré que je pouvais peut-être sortir un album de reprises en acoustique. Je me suis pris au jeu et j’ai mis en boîte une poignée de morceaux dans mon studio (Pierre est aussi ingé son, ndlr). Je me suis demandé si je serais capable de les jouer en concert, parce qu’au sein d’un groupe de rock bruyant, c’est facile de se cacher derrière de la distorsion et les collègues sur scène. Là, il n’y a pas de fioritures, c’est sur le fil du rasoir, mais j’aime ça. J’ai commencé par poser une guitare acoustique sur un clic, puis une deuxième à l’identique. J’ai ensuite réalisé quelques arrangements avec des guitares électriques. Il n’y a pas de basse ni de batterie, les morceaux sont donc un peu à nu, d’où l’idée de ce titre « Naked » : je n’ai effectivement pas trop voulu en rajouter, mais c’est aussi parce j’étais comme un gamin, pressé de passer à la suivante. » Pour élaborer la tracklist, l’Orléanais s’est plongé autant dans ses premiers amours musicaux que dans ses souvenirs lointains. « Les morceaux de l’album sont dans l’ordre d’enregistrement. J’ai d’abord choisi des titres de groupes de punk rock qui ont bercé la moitié de ma vie et que je considère comme des classiques : NOFX, Snuff, Descendents, Hüsker Dü… Ensuite, j’ai essayé d’élargir la palette musicale en reprenant des trucs enfouis dans ma mémoire que j’ai toujours aimé : Tracy Chapman, Suzanne Vega, Johnny Cash… Au final, ça fait une belle progression. » Cet album dépouillé et touchant serait-il les prémices d’une véritable carrière solo ? « Pour le moment, je vais m’employer à défendre ce disque en live. Je retournerai peut-être un jour en studio pour des titres acoustiques, mais ce n’est pas à l’ordre du jour. Je joue de la guitare dans un groupe de hardcore (Monde de Merde), chante dans une formation de stoner (Brokken Roses) avec laquelle nous venons de masteriser 14 morceaux. J’ai un projet d’album franco-néerlandais en cours, et je vais aussi partir en tournée comme guitariste avec des potes lyonnais (Go Public!, ndlr). J’ai toujours joué en groupe, mais j’aime cette nouvelle expérience… et les deux sont complémentaires. » Un bel album de reprises, finement produit, qui ravira autant les fans d’Hüsker Dü que les fidèles de Johnny Cash. Service gagnant, Pit.

Zoom matos

  • Guitare Art & Lutherie » de base
  • Squier Telecaster Japan (micro Little 59)
  • Partcaster baryton (sans nom)
  • Washburn électro-acoustique (1987)
  • Marshall JCM900 MK3 (100 watts)

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Mot de passe oublié ?

Lost Password