breaking news New

OPEN MIC – Thomas V. Jäger (Monolord)

Chanteur et guitariste, Thomas V. Jäger est également le principal pourvoyeur de riffs du trio suédois Monolord, auteur d’un cinquième album aussi lourd qu’aérien.
Propos recueillis par Olivier Ducruix – Photo : © Olivier Ducruix

DOOM
Lorsque « Empress Rising » est sorti en 2014, nous avons été rangés dans la catégorie Doom. Ça ne me dérange pas car c’est une scène qui n’a cessé de prendre de l’envergure ces dernières années, aux États-Unis comme en Europe, avec de nombreux excellents groupes. Nous avons toujours essayé d’élargir notre style et « Your Time To Shine », notre dernier album, en est le parfait exemple. Si les gens veulent décrire la musique de Monolord comme étant du Doom, pourquoi pas, mais je préfère dire que nous faisons du slow rock !

MODÈLES
Difficile de ne pas citer Tommy Iommy de Black Sabbath, à qui l’on doit de nombreux riffs devenus légendaires. Ma mère avait une grosse collection de disques et, lorsque j’ai eu ma première guitare à l’âge de 11/12 ans, je suis tombé sur « Made In Japan » de Deep Purple et j’ai essayé de jouer le riff de Highway Star. Ritchie Blackmore fut donc une autre grande influence. Par la suite, je me suis plus intéressé à la composition qu’à l’aspect technique. Garry Jennings de Cathedral est pour moi un guitariste qui n’a pas besoin d’en faire des tonnes pour prouver qu’il a du talent.

GRECO
Ma guitare principale est une Greco, forme Flying V, du début des années 80. Le manche est vraiment fin, elle est très légère, et je n’avais jamais joué sur une guitare aussi agréable avant celle-ci. C’est un modèle assez rare, produit en petite quantité à l’époque, et j’ai réussi à en acheter un autre sur Internet, pendant la pandémie, à un collectionneur du New Jersey spécialisé dans cette marque. Il avait trois Greco Flying V et j’ai longtemps lutté avant qu’il ne se décide à m’en vendre une !

YERSINIA
Je lis énormément et je regarde beaucoup de documentaires, et tout cela alimente mes paroles. Celles de « Your Time To Shine » ont été écrites au début de la pandémie. Pour le dernier titre de l’album, The Siren Of Yersinia, je me suis inspiré de cette bactérie à l’origine de la peste. C’est une manière de dénoncer ce que les hommes font subir aux animaux, ces abus débouchant sur des maladies comme celles de la vache folle ou du Covid-19.

MONOLORD
Chacun de nous trois a sa propre personnalité, mais lorsqu’il s’agit du groupe, nous ne faisons plus qu’un. Nous aimons et détestons les mêmes choses ! Et nous sommes heureux de l’évolution musicale du groupe au fil de nos albums. Elle se traduit aussi avec notre public : lors de nos premières tournées, il n’y avait que des hommes, un peu plus de la trentaine, avec des grosses barbes et des vestes à patchs (rires). C’était sympa, mais aujourd’hui, nous sommes heureux de voir un public féminin venir à nos concerts… et même parfois des enfants !

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Mot de passe oublié ?

Lost Password