À LA UNE New

MOOER MICRO PREAMP – La petite boutique du blues rock

Après avoir réussi à faire hurler les guitares avec ses micros préamps High Gain, Mooer tente de réitérer l’exploit avec des modèles typés vintage, souvent plus difficiles à émuler fidèlement. Voici donc l’essaie des 5 autres pédales, après un premier volet réalisé dans un précédent test. De bonnes surprises, comme des plus mitigées.
Guillaume Ley

002 UK GOLD 900
Modèle décrié par les puristes, l’increvable Marshall JCM900 fait pourtant preuve d’une belle longévité (il n’est plus produit depuis la fin des années 90) dans les studios où il squatte encore. Cette Mooer offre des sons dans cet esprit avec un clean très médium et peu de graves, et un crunch bien mordant. Sur le canal saturé, cette pédale championne du rock et du hard rock, flirte allègrement avec les modèles testés ici. Un effet qui aurait pu figurer dans la catégorie High Gain, qui donne surtout de jolis résultats avec des humbuckers, et offre un rendu très années 90.

 

004 DAY TRIPPER
Avec ce preamp qui reproduit
le son du Vox AC30, on est en plein dans le registre de la pop et du rock british. Le clean est chaud et en même temps pointu. Et ça fonctionne avec tous les types de micros. Ici,
 point de gros son saturé, mais plutôt du crunch, avec le gain à fond sur le canal clair, comme sur le second canal. On a apprécié la jolie dynamique de cet effet, qui réagit plutôt bien à vos coups de médiators. Même à fond, on conserve une véritable clarté dans les notes, et cette capacité à percer dans le mix très facilement. Excellent pour le garage et l’indie rock.

 

006 CLASSIC DELUXE
Pas facile d’obtenir la chaleur naturelle du Fender Blues Deluxe. En effet, ce modèle 006 ne nous a 
pas éblouis en clean : le son est clair
 et défini, mais pas renversant non plus. C’est un peu mieux en crunch,
 les fans de blues apprécieront, car
 la dynamique reste intéressante. Finalement, la bonne surprise, c’est
 le canal saturé (on est plutôt dans l’esprit d’un bon Drive que d’une grosse saturation), qui, sur ce modèle, semble plus violent que dans la « réalité », mais offre un son vraiment sympa (et assez mordant) pour riffer en mode classic rock musclé.

 

007 REGAL TONE
Voilà l’émulation d’un ampli qui s’inspire lui-même d’autres modèles. Le Tone King Falcon, c’est un peu un son à mi-chemin entre le Clean de Fender et le Drive de Supro. La Regal Tone réussit à s’approcher de cette philosophie en délivrant un clean avec plus de caractère que la 006 Classic Deluxe, trop neutre. C’est assez brillant dans l’aigu, tout en ayant un bas bien rond,
 et en respectant le son de votre guitare. Côté crunch et saturation, on réussit à obtenir un son à la fois sale et ample, mais toujours avec une intelligibilité dans la perception des notes. Un rendu vintage dans l’ensemble qui a beaucoup de charme.

 

010 TWO STONES
Un bon modèle que ce 
numéro 10 qui annonce reproduire le son du Two-Rock Coral. Les fans de John Mayer et Matt Schofield vont apprécier.
 Un clean énorme, qui remplit
 le spectre sonore de fort belle manière, avec un grave rond, un médium bien large, et un aigu jamais agressif. C’est même génial en jazz. Quand on pousse le gain, ça reste fat, mais pas envahissant. Le canal saturé ressemble au canal 1 poussé au max, avec
un petit surplus de gain. La définition est impressionnante. C’est vraiment un effet pour le blues moderne, registre dans lequel cette Two Stones excelle. Notre preamp préféré dans cette sélection.

Caractéristiques

  • Type : pédale de préamplification – saturation
  • Réglages : Treble, Mid, Bass, Vol, Gain, CH/CAB
  • Connectique : Input, Output
  • Dimensions : 93,5 x 42 x 52 (mm)
  • Poids : 160 g
  • Alimentation : externe, non fournie (300 mA)
  • Origine : Chine
  • Prix : 89€
  • Distributeur : www.htd.fr

La puissance dans la poche
Mooer ne pouvait s’arrêter en si bon chemin. Quitte à tout réduire, autant y aller avec un ampli de puissance. Le parfait complément à la ligne Micro Preamp s’appelle Baby Bomb 30 (104€). Une puissance de 30W qui tient dans une pédale au même format que toutes les autres de la série. Avouez que ça calme. Un potard de Master, un switch Warm/Bright, qui permet de s’adapter aux différents préamplis pour compenser un rendu un peu trop sombre ou trop acide, et le tour est joué. Nous avons relié cette section de puissance à un baffle Orange de 12 pouces. Le volume était déjà impressionnant alors que nous n’avions parcouru que le tiers de la course du Master. Il a continué d’augmenter jusqu’aux 2/3. Passé cette limite, on a l’impression que la puissance est déjà à son maximum, mais c’est le son livré qui tord très légèrement et offre un timbre plus vivant, et atténue le côté parfois chimique de certains réglages. Ce n’est pas de la lampe, mais c’est malgré tout très organique. Et surtout, ça tient sur le pedalboard. Attention, c’est bien un ampli de puissance. Il faut donc le relier à l’enceinte avec un câble HP spécifique, et non un câble instrument.

Photo : © Olivier Ducruix

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner