À LA UNE New

MNNQNS – Campagne anglaise

MNNQNS (prononcez Mannequins, tout smplmt) vient de remporter le prix Ricard S.A. Live Music et succède ainsi à Lysistrata, lauréat 2017. Et une fois encore, les guitares sont de sorties. Tant mieux !
Propos recueillis par Flavien Giraud – Photo : © Dan Ramaën

« C’est un très gros accélérateur : ça nous a permis de signer avec un nouveau tourneur en France et ouvert pas mal de discussions avec des pros », explique Adrian le fondateur de MNNQNS. « C’est le dispositif le plus complet en France, une vraie aide pour le groupe, et pas juste du pognon ou un concert je ne sais où : c’est vraiment un suivi ultra-personnalisé avec des choses très concrètes en termes de promo, de contacts… » Le groupe de Rouen s’est ainsi imposé dans le tremplin organisé par Ricard Live grâce à des prestations ne laissant pas indifférent : « Je ne sais pas s’il faut voir ça en termes de compétition, mais je pense que le live nous a donné une longueur d’avance : il y a ce côté punk, un peu plus agité sur scène, ça a peut-être joué dans leur perception. » Car le quatuor ne part pas de rien : après un premier EP, « Capital », en 2016 et de multiples changements 
de line-up, MNNQNS passe donc la seconde avec
 « Advertisement » qui paraît sur le label anglais Fat Cat Records (Traams) et présente des guitares abrasives en friction permanente, un
 peu post-punk un peu noisy, dans un style mi-anglais (de The Fall à Franz Ferdinand, en passant par Temples) mi-new-yorkais (Television, Sonic Youth)… Habitués à travailler leurs enregistrements en autoproduction, les intéressés ont également entrepris de tourner en Angleterre, où ils sont chaleureusement accueillis. « On a un son assez british et chaque fois qu’on y joue, on a de super retours, c’est encourageant. En France aussi, mais il y a vraiment un truc qui se passe là-bas… » La perfide Albion demeurerait-elle un eldorado rock ? « Il y a du bon et du mauvais de chaque côté de la Manche. Là-bas, le
 fait de sortir et d’aller voir des concerts est hyper habituel et ancré dans la culture. Ce qui n’est pas forcément le cas chez nous en France. Et les histoires de limitations changent pas mal la donne : en Angleterre, on peut jouer “à burnes” et ça ne pose aucun problème à personne… Mais tu y es super mal payé quand
 tu joues. » Et si la nouvelle sensation britannique venait finalement des terres normandes ?

Zoom matos

  • Fender Telecaster et Jazzmaster
  • Fender Deluxe Reverb ‘65 et Princeton ‘65
  • Dunlop Echoplex
  • JHS Crayon
  • TC Electronic Spark Booster
  • Mantic Flex Pro
  • Catalinbread Belle Epoch
  • Electro-Harmonix Freeze et Superego
  • Proco Rat
  • Digitech Polara
Cliquez sur l’image pour écouter MNNQNS

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner