À LA UNE New

MELODUENDE FURY – Furieusement alu-cinante

Avec la Fury, les Meloboys s’inspirent des formes de leur modèle B-Bones, modèle qui avait grandement séduit autant la rédaction de Guitar Part que Scott Holiday (le guitariste de Rival Sons), tout en affirmant un peu plus leur personnalité et leur savoir-faire « Made in France ».

Il est peu probable que vous ayez déjà croisé du regard une guitare avec ces courbes-là. Comme toujours chez MeloDuende, le corps est en aluminium brossé et, sur ce modèle, les formes sont soulignées 
par un chanfrein à la teinte plus brillante. Le corps
 est creux et accueille un
 barrage reliant le talon du
 manche au chevalet. Il en 
résulte des particularités 
acoustiques proches d’une hollowbody, avec un excellent sustain et une belle résonance. À l’instar des modèles Triton et Coda de la marque, la Fury accueille un chevalet Gotoh Tune-O- Matic et un cordier traversant, ce qui lui donne un look plutôt sympa. L’alliance de l’aluminium et du palissandre indien chère aux MeloBoys est là 
aussi respectée avec un manche en
« C ». La tête accueille des mécaniques Hipshot Ultralite et est parée de deux plaques en alu du plus bel effet.

Fists of Fury
Côté électronique, la Fury embarque deux TV Jones, un Power’Tron pour le micro grave et un Power’Tron Plus pour l’aigu, pilotés par un switch trois positions et un volume. Pas de potard de tonalité, mais un varitone (déjà utilisé sur certains modèles customs) de
11 positions qui agit comme un filtre de fréquences et dont la première est True Bypass. Pour conclure les présentations, la belle pèse environ 3 kg, ce qui fait d’elle un instrument tout à fait dans les tranches de poids traditionnelles.

L’alu total
La sonorité de la Fury est en phase avec son look : atypique et brut de décoffrage. Jouée unplugged, elle est assez brillante, et comme toutes les demoiselles au caractère bien trempé, une légère distorsion naturelle apparaît dès qu’on rentre avec énergie dans les cordes. La prise en main est excellente et l’action des cordes, réglée aux petits oignons, offre un premier contact avec l’instrument très appréciable. Côté chevalet, le TV Jones Power’Tron est magistral sur le canal clean et nimbé de beaux médiums. Plus hargneux, le Power’Tron Plus fait des merveilles à sa manière et tire sa quintessence avec le drive de l’ampli à mi-course ou au trois-quarts. C’est sur ce terrain-là que la « furieuse » montre ses crocs. Mais elle s’avère aussi très à l’aise dans des registres voisins tels que le rockabilly (TV Jones oblige), la country et le blues. L’aluminium aidant, la guitare ne génère presque aucun bruit de fond, même lorsque le gain est poussé dans ses retranchements. Au vu de ses attributs sonores et de son look, la Fury est une guitare à la personnalité forte. Son prix de 3 500 € la réserve à un public fortuné, mais quand un objet est beau et rare (rappelons que MeloDuende produit une trentaine de guitare par an), on lui pardonne son tarif.
Florent Passamonti

Fury guitar MeloDuende2
Un Power’Tron pour un son clair merveilleux, un Power-Tron Plus pour la hargne et un accès aux aigus fabuleux.

Caractéristiques

  • Type : Hollowbody
  • Corps : aluminium 6061 creux
  • Manche : Warmoth en palissandre indien, profil C, 22 cases
  • Touche : palissandre, repères en aluminium
  • Micros : TV Jones Power’Tron Plus (chevalet) et Power’Tron (manche)
  • Contrôles : volume, Varitone
11 positions dont une True Bypass, sélecteur trois positions
  • Origine : France
  • Prix : 3480€
  • Distributeur : www.meloduende.fr

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password