À LA UNE New

LTD VIPER 7 BLACK METAL – Du metal dans une robe de satin

LTD va droit au but avec une 7-cordes à un micro taillée pour mettre vos riffs en avant, avec la disto la plus violente qui puisse exister, sans jamais rien perdre des détails de chaque note jouée.

La Viper, ou la vision de la SG selon ESP/LTD, on connaît déjà. C’est un instrument fiable, au son moderne, confortable, bien conçu, et abordable. LTD a déjà réalisé les modèles 407 et 417, des Viper 7-cordes, noires et orientées metal, équipées d’inévitables EMG actifs, une tendance qui, à l’époque, faisait fureur chez tous les fans de high gain bien sombre. Puis, les micros passifs et leur côté dynamique ont doucement fait leur retour chez les guitaristes qui cherchaient à insuffler un peu de finesse (et de dynamique) dans ce monde de brutes, ce qui n’a pas échappé à LTD. La marque vient de dégainer la série Black Metal avec un trio de guitares à la finition satinée aussi sombre que sobre (et classe), toutes équipées d’un seul micro passif, côté chevalet. La Viper 7 est la seule 7-cordes de cette nouvelle collection. Comme ses consœurs, elle reprend les grandes lignes et le sérieux des LTD Deluxe « 1 000 Series », en ajoutant une touche de noir sur tout ce qui dépasse, micro et accastillage compris. En effet, la finition est propre, le frettage impeccable (ce sont les seules pièces métalliques ayant échappé au noir), l’ensemble respire le sérieux.

Big black metal
Côté prise en main, c’est assez massif. Le manche risque d’effrayer les guitaristes aux petites mimines. Là où certaines 7-cordes, notamment chez Ibanez ou Schecter, réussissent presque à se faire passer pour des 6-cordes, la
 largeur de la touche de 
ce modèle vous rappelle
 qu’il y a un Si grave en 
plus dans les parages. Et 
malgré l’ergonomie plutôt réussie
 de l’ensemble (découpe du corps, accès aux aigus), le haut du manche pourrait bien faire souffrir les poignets non habitués à un tel format. Il faudra donc travailler doucement pour s’acclimater à l’instrument
 et éviter la tendinite. Côté son, on retrouve non pas un EMG, mais 
un Seymour Duncan. Il s’agit d’un Blackened Black Winter (avec des plots en céramique) piloté par un unique potard de volume. On branche, on tourne, et on envoie le bousin.

Power to distortion
Voilà, c’est clair… ou plutôt, c’est saturé. Cet instrument fait très bien son travail, mais dans un et un seul registre. Il faudra bien évidemment jouer avec une grosse disto pour apprécier l’efficacité de cette Viper 7 Black Metal. Les notes se détachent alors très bien les unes des autres, y compris celles de la corde de Si. Un résultat en grande partie dû au micro, qui présente des graves en retrait et des médiums relativement définis et bien mis en avant, et des aigus détaillés. En bref, même avec une saturation bien grasse et pleine de graves, on conserve toujours de la définition. Un très bon point.
En revanche, le son clair est assez nasillard, et en crunch, ça grince un peu. On l’a bien compris, avec un nom pareil, il ne faut pas essayer de faire autre chose que de descendre dans les registres plus extrêmes de la musique amplifiée. Sobre, belle, avec un son détaillé et un joli sustain qui fera résonner toutes vos notes dans la plus sombre des distos, la Viper 7 Black Metal va s’imposer comme une arme de destruction rythmique, voire plus, mais reste très spécialisée. Vous voilà prévenus.
Guillaume Ley

Caractéristiques

  • Type : Solidbody
  • Corps : acajou
  • Manche : acajou, 3 pièces
  • Touche : ébène
  • Chevalet : fixe, Tonepros
  • Micro : Seymour Duncan Blackened Black Winter
  • Mécaniques : LTD à blocage
  • Contrôle : volume
  • Origine : Indonésie
  • Prix : 799€
  • Distributeur : www.laboitenoiredumusicien.com

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner