À LA UNE New

LTD SPARROWHAWK BILL KELLIHER – Oiseau de bon augure

Une gueule originale, un son rock qui peut également s’étendre à d’autres registres et un excellent confort de jeu… Vous pourriez bien être surpris par cette LTD signée par un guitariste, certes de metal, mais à l’énorme ouverture d’esprit.

Diantre, une nouvelle signature chez Mastodon ! Après la surprenante Epiphone Brent Hinds qui nous a totalement séduits (voir test ici), voici un modèle entièrement original, qui porte la griffe de l’autre guitariste, Bill Kelliher. Bill a d’abord eu des modèles à son nom chez Gibson en 2013 et 2014, avant de passer chez ESP-LTD l’année dernière. Le premier modèle sorti fut une Eclipse, qui reprenait la ligne de Les Paul. Cette
 fois, on est dans l’inédit, pour plusieurs raisons. D’abord avec la forme de cette Sparrowhawk. Kelliher a voulu un mix entre plusieurs modèles (Firebird, RD). On obtient surtout une guitare dont 
la silhouette évoque celle d’une Gibson Firebird 
Non Reverse. L’instrument est bien équilibré, tout
 en offrant un incroyable accès aux dernières cases grâce à une excellente découpe ergonomique. De toutes manières, le nombre de cases hors corps est déjà impressionnant (17 cases sans obstacle). Le manche est justement un exemple de confort absolu, grâce à un vernis satiné et une forme dite Thin U, qui le rend moins gros et plus facile à prendre en mains. En parlant de vernis satiné, sachez qu’il recouvre tout le corps de l’instrument, et relève de manière subtile la finition Military Green Sunburst du plus bel effet. Une finition sans faille. Carton plein, rien que pour le look et le confort de jeu. Ce n’est qu’un début.

Chic Bill
Côté son, Kelliher a choisi des micros signature réalisés par Lace Sensor (comme son compère Brent Hinds). Mais ce ne sont pas les premiers. Après les Dissonant Agressors disponibles sur sa Gibson Les Paul Halcyon, puis son ESP Eclipse, voici les Divinators. Ils ont un niveau de sortie plus mesuré que leurs prédécesseurs, ce qui permet de gagner en clarté et en dynamique dans de nombreux cas de figure. Les sons clairs sont plus faciles à régler qu’avec les modèles précédents. Le micro manche est rond, mais pas flou, car il conserve un petit côté punchy dans le médium qui rend le son très agréable et bien défini. C’est excellent avec un bon crunch. Le micro chevalet a ce qu’il faut de niaque et de hargne pour envoyer le bousin en high gain. Mais il conserve une sorte de clarté qui vient se poser par-dessus vos notes saturées et vous permet d’égrainer les accords les plus complexes et les plus riches, avec la disto à blinde, sans perdre de définition.

Oiseau de proie
Parce que Bill aime bien les jolis passages qui nécessitent des sons moins épais et moins sourds, sa Sparrowhawk possède 2 push-pull, pour splitter 
les micros individuellement. Véritable luxe, car de nombreuses guitares qui proposent le split des micros le font souvent avec un seul potard, qui agit sur les 2 humbuckers à la fois. Or, ici, on actionne cette fonction pour le micro manche via le potard de tonalité, et pour le micro chevalet avec celui de volume. Cela permet donc des combinaisons de micros plus qu’intéressantes. Le split
 en question est très léger (on peine parfois à entendre la différence suivant les réglages de l’ampli), mais il présente un véritable intérêt en interposition. 
On gagne encore en précision, avec des notes plus piquées, mais jamais maigres. C’est simple, cette gratte est polyvalente, tout en mettant en avant un caractère rock affirmé capable de s’exprimer dans de nombreux registres. Une des 6-cordes de l’année, dont le son n’a d’égal que la beauté.
Guillaume Ley

Caractéristiques

  • Type : guitare électrique solidbody
  • Corps : acajou, table en érable
  • Manche : collé en acajou
  • Touche : ébène
  • Chevalet : fixe Tonepros Tune-o- Matic
  • Micros : 2x Kelliher Lace Sensor Divinators
  • Mécaniques : bain d’huile LTD
  • Contrôles : volume (push/pull) + tonalité (push/pull) – sélecteur 3 positions
  • Origine : Corée
  • Prix : 1599€
  • Distributeur : www.laboitenoiredumusicien.com

Les Sensors ?
Quels sont ces micros qui ont réalisé tant de signatures, et pas seulement que pour Mastodon ? Créée en 1979 par Don Lacen la compagnie Lace Pickups se fait surtout connaître en 1985, grâce aux micros Lace Sensor. Ils sont à l’origine destinés à remplacer les classiques micros simples pour Stratocaster. Leur conception donne à ces micros un son tout aussi défini, mais avec moins de parasites, et de ronflette (hum) qu’avec les modèles d’origine. Résultat, des courses, ces micros équipent de nombreuses Fender qui obtient une exclusivité entre 1987 et 1996. On retrouve alors des Lace Sensor sur les modèles Clapton et Jeff Beck haut de gamme. Puis,
 la marque commencera à équiper d’autres guitares, à fabriquer des humbuckers, et à réaliser des versions signature comme celles qui équipent la Sparrowhawk. Moins de buzz, plus de sustain, telle est la devise chez Lace Pickups.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner