breaking news New

JUNON – Longueur d’ombres

Junon fut l’une des plus importantes déesses romaines. C’est aussi le nom choisi par ce sextet originaire de Béthune, qui a toutes les chances de susciter l’intérêt des Dieux du post-hardcore. Preuve en est avec un premier EP totalement foudroyant.
Propos recueillis par Olivier Ducruix – Photo : © Éric Motjer

Après environ quinze ans d’existence, quatre albums, moult splits et de nombreuses tournées à travers l’Europe, General Lee raccroche les gants. Quelques années plus tard, les musiciens décident de reprendre du service, toujours dans une veine post-hardcore (école Cult Of Luna/Deftones), mais sous un autre nom, et avec un penchant vers la mélancolie plus marqué. « Après ces quatre ans de pause, nous voulions prendre un nouveau départ, mais sans renier notre identité. Quoi de mieux que de choisir le nom de Junon, le morceau d’ouverture de notre premier EP, “The Sinister Menace“, un titre emblématique qui nous a suivi comme une ombre depuis le début ? Ce changement de nom nous a apporté plus de liberté pour expérimenter et changer la dynamique de nos titres. Ils se font plus insidieux, moins directs. De plus, Arnaud (le frontman du groupe, ndlr) a composé pas mal de parties en chant clair, ce qu’il n’aurait peut-être pas fait avec General Lee. La longue histoire du groupe impacte forcément notre jeu et notre vision, mais ce retour nous ouvre beaucoup plus de perspectives. » Ce qui n’a pas changé entre les deux entités, c’est le nombre de guitaristes, trois pour être exact. Autant dire que la puissance est au rendez-vous, encore faut-il savoir bien la gérer. « Sur scène, cela nous donne énormément de possibilités en termes de sons et de riffs, mais cela implique aussi un gros travail de répartition. Chaque guitariste a son identité sonore et son style de jeu. Nous travaillons nos compositions, aussi bien pour le studio que pour le live, de façon à rendre les parties plus digestes et ainsi harmoniser l’ensemble afin de servir le groupe et non l’individu. » Reste à défendre « The Shadows Lenghten » sur les planches, dans un contexte actuel forcément difficile. « C’est frustrant de ne pas pouvoir aller aussi rapidement que nous le souhaitons et poursuivre cette aventure sur scène. Mais d’un autre côté, ça nous a permis aussi de faire les choses mieux. Nous avons tourné un clip assez chiadé pour le titre Carcosa, puis enchainé sur deux bonnes résidences, afin de bosser notre set, le son et les lumières, ce que nous n’aurions peut-être pas fait dans une situation normale, car nous aurions concentré toute notre énergie et notre temps pour les concerts. » Vivement que les salles ouvrent à nouveau leurs portes au public, histoire de se prendre en pleine face la puissance de riffs ciselés au millimètre.

Zoom matos

  • Squire Jazzmaster signature J. Mascis
  • Schecter Tempest Custom
  • ESP Eclipse Custom
  • Fender 68 Custom Twin Reverb et The Twin Red Knob
  • Orange Rockerverb 100 et MKII
  • Strymon Sunset, El Capistan et Timeline
  • Mr Black Supermoon Eclipse
  • Boss CE-5
  • DOD Preamp 250
  • DigiTech Whammy
  • Line 6 HX Stomp
  • Ibanez BB9
  • ProCo Rat
  • Way Huge Swollen Pickle
  • EarthQuaker Devices Avalanches
  • Death By Audio Fuzz War
Cliquez sur l’image pour écouter Junon

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Mot de passe oublié ?

Lost Password