breaking news New

JACKSON SLATXQ7Q – Multiscale pour tous

Avec ce modèle multi-diapason, Jackson fait sonner la 7-cordes de manière plus précise et brutale, à un prix qui va attirer les regards. De quoi faire chauffer la saturation…

La guerre du multi-diapason est ouverte. Ce n’est plus une petite tendance isolée : de très nombreuses marques produisant des modèles Supertrat ou des 7 et 8-cordes se sont mises au goût du jour. Et on a bientôt vu débarquer sur le marché des modèles à tarifs accessibles. Jackson a bien vite compris l’intérêt d’étoffer un catalogue sur lequel de nombreux métalleux jettent leur dévolu. Après la Dinky en 7-cordes multiscale (le modèle DKAF7 issu des X Series) sortie en 2017, c’est au tour de la ligne Soloist d’accueillir ces fameuses frettes en éventail, avec la SLATXQ7Q, elle aussi sous les couleurs X Series (des modèles fabriqués en Indonésie, plus accessibles). Le corps en peuplier accueille une jolie table en érable. Tout le reste du corps est verni
 en noir brillant, des bords de la table jusqu’à l’arrière
 du manche. Mais les sensations de jeu restent agréables, car la conception de ce dernier est bien pensée.

Neck plus ultra
Un manche pour 7-cordes ? Vraiment ?
 Le moins qu’on puisse dire, c’est que la largeur nécessaire à l’accueil du Si grave supplémentaire se ferait presque oublier, permettant de plaquer les accords sans trop de difficultés. La descente se fait sans fatigue, et l’arrivée sur les cases aiguës est très agréable grâce à un radius compensé bien réalisé. Après tout, il s’agit de la série Soloist, née pour tricoter. Le temps d’adaptation aux frettes penchées est court. On est très vite à l’aise. Seules les mécaniques ont semblé un peu faiblardes, là où les pontets individuels fixes (en guise de chevalet) inspirent plutôt confiance. L’équilibre général
de l’instrument est lui aussi fidèle à la série. On s’y retrouve, que l’on joue assis ou debout. Cette guitare est équipée de micros maison, des humbuckers de type blade (avec deux grands rails à la place des plots). Et pas de prise de tête à l’horizon : un sélecteur à trois positions, pas de split, juste ce qu’il faut pour se brancher et jouer. Les sons clairs sont sympas sans être transcendants. Les notes se détachent bien les unes des autres, mais l’ensemble est un peu raide. C’est pratique pour les arpèges, moins pour plaquer des accords et faire groover ses morceaux.

La disto la plus basse
En saturation, c’est une autre affaire. Il est clair que c’est le domaine dans lequel ce modèle est le plus à l’aise. Les volumes dégagés par les micros sont équilibrés entre eux. Le micro manche est assez sombre, pratique pour les accords bien dark plaqués en mode doom, mais son rendu est moins heureux si on veut enchaîner les notes plus rapidement. En revanche, le micro chevalet est hargneux comme il faut et perce bien dans le mix sans être criard ni trop aigu. La position intermédiaire sonne bien elle aussi, puisqu’on gagne un peu de rondeur du micro grave, tout en bénéficiant du côté plus tranchant de l’aigu. C’est avant tout avec du high-gain et du gros crunch poussé bien loin qu’elle s’épanouît. L’avantage du multi-diapason et des pontets individuels, c’est cette impression que chaque note sonne plus juste et plus précisément, même avec un gain poussé 
à bloc. Une guitare spécialisée dans le son qui tâche, mais dont le confort de jeu et le tarif feront réfléchir ceux que les frettes en éventails et les 7-cordes intriguent…
Guillaume Ley

Caractéristiques

  • Type : Solidbody

  • Corps : peuplier (table érable)
  • Manche : érable avec renforcement en graphite
  • Touche : Laurel

  • Mécaniques : Jackson à bain d’huile
  • Chevalet : pontets individuels fixes
  • Micros : Jackson Uncovered 7-String Blade Humbucking (x2)
  • Contrôles : volume, tonalité, sélecteur à 3 positions
  • Prix : 800€
  • Origine : Indonésie
  • Distributeur : www.jacksonguitars.com

Encore plus loin
Si la technique du multi- diapason semble idéale pour faire sonner les accordages plus bas, et par extension les 7 et 8-cordes, avec des diamètres de cordes plus importants, le reste du matériel a dû s’adapter aux besoins des nouveaux guitaristes. Ainsi l’offre des micros s’est étoffée ces dernières années (pratique pour remplacer des modèles d’usine moins convaincants). Parmi les plus célèbres, on retrouve les Seymour Duncan Blackout, Nazgul et Sentient, les DiMarzio Evolution 7 et D Activator 7, les EMG 707… Il en est de même avec les chevalets, la majeure partie d’entre eux comportant des modèles fixes. On a ainsi pu constater la montée en puissance de la marque Evertune, gage d’un accordage d’une stabilité inégalée, très pratique pour les 7 et 8-cordes. Comme quoi c’est tout un instrument qu’il faut revoir et une nouvelle approche de la guitare, pour le musicien comme pour les concepteurs.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password