breaking news New

JACKSON AUDIO GOLDEN BOY – Blues breaker ultime

Mise au point avec le guitariste Joey Landreth, valeur montante de l’alternative-country, l’Overdrive Golden Boy renvoie presque toutes les pédales de type Bluesbreaker au placard. Déjà un must qui fait des ravages.

Chez Jackson Audion, on ne fait jamais les choses simplement (un peu comme chez Chase Bliss). Un effet de la marque, ça se mérite, et ça demande des heures avant de comprendre comment ça fonctionne à la perfection. Mais quel son à l’arrivée ! La Golden Boy est une pédale d’Overdrive sublime, comme descendue du ciel, qui reprend la plateforme de travail de la Broken Arrow (type Tube Screamer), pour se rendre cette fois du côté des BluesBreaker, King Of Tone et consorts, et y ajouter d’autres fonctionnalités. Cette petite merveille abrite plusieurs diodes au silicium pour sa section Drive qui, suivant le mode de fonctionnement choisi, pourront être toutes mises en action, ou en partie seulement, en symétrique ou asymétrique, permettant un large panel de saturations. La section Boost (de gain sur cette pédale, car placé en amont du Drive) repose sur un circuit axé autour d’un transistor JFET, dont on peut légèrement modifier le gain de base grâce à un petit switch sous le boîtier (sur le circuit), et possède elle aussi différents sons. Car la Golden Boy annonce pas moins de quatre modes pour le Drive et autant pour le Boost. Imaginez les combinaisons… Si vous restez appuyé plus d’une seconde sur le footswitch Drive, vous pouvez alors choisir un des modes (la led change de couleur), puis appuyer à nouveau plus d’une seconde pour valider votre sélection. Vous faites de même pour
 le Boost. Bien entendu, les sections 
Drive et Boost peuvent fonctionner indépendamment, ce qui amène un choix encore plus large, surtout si on travaille avec un ampli déjà légèrement saturé. Côté Drive, le mode Green rappelle un peu la Tube Screamer dans sa réactivité, la pointe médiums en moins. Le Magenta livre une saturation différente suivant les fréquences et offre un son plus moderne, redoutable en rythmique. Le Blue tord le son de manière plus régulière sur l’ensemble du spectre et resserre légèrement l’ensemble, un peu comme avec une Timmy. C’est plus transparent et perçant à la fois. Magnifique pour le solo. Enfin, le mode Amber réagit plus comme un vieil ampli Marshall avec un énorme headroom et un son plus ouvert. Sans nul doute notre mode préféré (avec le Blue 
au coude à coude). Côté Boost, le choix est tout aussi génial, avec un Yellow qui resserre le son, un Green qui remet un peu plus de médiums en avant, un mode Aqua customisé pour accompagner au mieux les sons saturés de la pédale, et un Blue entièrement transparent qui respect parfaitement le son de l’instrument. Le fameux Aqua nous a séduits autant que le Yellow qui aide vraiment à rendre une saturation un peu baveuse plus précise. Tout sonne, en toutes circonstances, avec n’importe quelle guitare sur n’importe quel ampli (on a tout essayé du modèle à 80€ au stack à lampes à 3 000€ avec des guitares milieu de gamme). Divin et cher, mais le sublime à un prix.

Guillaume Ley

Caractéristiques

  • Type : Overdrive
  • Réglages : Volume, Boost, Gain, Bass, Middle, Treble
  • Connectique : Input, Output, MIDI
  • Prix : 349€
  • Origine : États-Unis

  • Distributeur : www.fillingdistribution.com

Le cycle infernal
Parce qu’elle aime ajouter de l’inédit à chaque produit, la marque a fait de la Golden Boy sa première pédale équipée en MIDI. Vous pourrez donc mémoriser des dizaines de saturations différentes via ce système avec un pédalier de commande. Plus fou encore, Jackson Audio a créé le Gain Cycle, un système qui permet de changer le réglage de gain au pied par tranche de 25 % en conservant la même saturation enclenchée. Mettez le potard de gain à fond, appuyez une première fois sur les deux footswitches en même temps. La led brille alors faiblement et le gain est à 25 %. Appuyez à nouveau sur les deux footswitches, le gain passe à 50 % pendant que la led devient plus brillante et ainsi de suite jusqu’à 100 %. Redoutable. Beaucoup de manipulations, mais la récompense est à la hauteur du temps passé à apprivoiser la bête.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password