À LA UNE New

IBANEZ JIVA 10-DSB – Nita Strauss signe sa guitare

Les modèles signature féminins chez les grandes marques ne sont pas encore monnaie courante. La gent féminine est pourtant bien présente dans le monde de la guitare électrique. Ibanez l’a bien compris et nous propose ici une machine de guerre, réalisée en étroite collaboration avec Nita Strauss, la guitariste d’Alice Cooper.

Attardons-nous quelques instants sur le nom choisi par Nita pour son modèle. En plus de nous offrir la possibilité de quelques calembours au ras des pâquerettes, notons la spiritualité qui s’en dégage. En effet, le terme JIVA désigne en Sanskrit le « soi individualisé », l’âme de toute chose et la force de vie qui peut imprégner un objet. Question personnalité et âme, nous sommes évidemment
bien servis ! La JIVA 10 reprend les caractéristiques de l’Ibanez Sabre, avec un corps très fin et profilé offrant une ergonomie supérieure et un confort de jeu notable pour les petits gabarits. L’équilibre général est excellent et le profil de manche assez
 similaire à la série Iron Label, avec peut-être un peu plus de finesse. Son poids vraiment réduit en fait une alliée de qualité pour soulager nos lombaires.

JIVA tout de suite
Côté lutherie, on retrouve un corps en nyatoh, une essence de la famille des acajous, surmonté d’une table en érable pommelé. Vu la finesse du corps, il y a fort à parier que ce ne soit qu’un fin plaquage qui renforce l’esthétique sans nécessairement modifier le son. La finition Deep Space Blonde est vraiment belle, sobre et bien réalisée et permettra de ne pas attirer l’attention pendant un concert de jazz par exemple. Le manche est en érable, traversé d’un renfort d’amarante et surmonté par une touche en ébène. Les 24 frettes jumbos sont bien positionnées, même si les finitions de celle-ci sont parfois un peu aléatoires. Le vibrato Edge-Zero II nous rassure immédiatement. Son contact offre une position de main droite vraiment agréable et il réagit bien aux sollicitations sans occasionner de perte dans la tenue d’accord. Les micros sont vraiment le point fort de ce modèle : les deux humbuckers « Pandemonium » sont le fruit d’une collaboration entre DiMarzio et Nita Strauss. Composés d’aimants en céramique, ils font un carton dans les registres metal moderne, heavy et shred. Le son est naturellement tranchant et compressé, impression renforcée par le mariage des essences. Le nyatoh s’équilibre très bien avec l’érable et l’ébène. Le simple du milieu est un DiMarzio également, un « True Velvet », très fenderien dans l’esprit. Couplés au sélecteur à 5 positions, ces micros 
offrent une palette de sons très large et permettent toutes les combinaisons possibles. Notons quand même que les positions intermédiaires sont vraiment en retrait en termes de volume par rapport au micro chevalet ou au micro manche seul. De la même manière, les sons clairs sur les Pandemonium auront vite tendance à tourner au crunch australien si on attaque un peu fermement…

JIVA à fond !
Nous avons entre les mains une guitare à la personnalité marquée, qui demandera au guitariste de s’adapter pour apprendre à en tirer le meilleur parti. La fabrication est robuste, et le son précis et percutant. Malgré quelques finitions hasardeuses l’ensemble est réussi et la jouabilité totale. La JIVA-10 tient en respect beaucoup de modèles signature disponibles sur le marché !

Gaël Liger

Caractéristiques

  • Type : Solidbody

  • Corps : nyatoh, table érable
  • Manche : érable, Amarante
  • Touche : ébene
  • Micros : DiMarzio Pandemonium (x2), DiMarzio True Velvet

  • Vibrato : EDGE PRO II
  • Mécaniques : bain d’huile
  • Contrôles : volume, tonalité, sélecteur 5 positions
  • Origine : Indonésie
  • Prix : 1299€
  • Distributeur : www.ibanez.com

Girls got rhythm
Avec sa collègue et soliste des Iron Maidens, Courtney Cox (qui possède un modèle signature chez Caparison depuis quelques années), Nita Strauss rejoint St Vincent et plus largement la liste des femmes guitaristes qui explosent en ce moment. Mais seule St Vincent possède un véritable modèle signature original et inédit qui ne soit pas basé sur une guitare déjà existante (Courtney Love y avait aussi eu droit avec la Squier Venus). La France n’a pas à rougir sur la scène internationale, avec Laura Cox bien sûr, mais aussi Juliette Valduriez, Rockloé et bien sûr Tina S. Les plateformes YouTube et Instagram ont participé à l’explosion médiatique de ces nouveaux talents et les marques l’ont parfaitement en compris en mettant à l’honneur ces musiciennes talentueuses avec des instruments personnalisés.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password