À LA UNE New

LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet

  • LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet
  • LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet
  • LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet
  • LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet
  • LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet
  • LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet
  • LA GUITARE DU MOIS – Gretsch Malcolm Young G6131MY-CS Salute Jet

Dans cette rubrique, nous vous proposons de retrouver des guitares qui sortent de l’ordinaire. Rare, vintage, tombé dans l’oubli, réalisé par un luthier ou par le custom shop d’une marque, qu’importe la provenance de l’instrument choisi pourvu qu’il y ait l’ivresse de la découverte.
Par Olivier Ducruix – Photos : © Olivier Ducruix

L’avis de Julien Bitoun (Woodbrass Deluxe)
Le mot Jet fait ici référence au modèle Duo Jet de la marque, ici en version double cutaway. Cette guitare est une reproduction à l’identique de celle de Malcolm Young. Il avait déjà eu un modèle signature chez Gretsch dans les années 90, inspiré de sa gratte, et donc pas une réplique stricte. Stephen Stern, le masterbuilder du Custom Shop de la marque, a eu l’originale entre les mains pendant un certain temps. Quand je suis arrivé au stand de Gretsch, lors du NAMM Show en janvier 2017, je suis tombé sur le kakémono représentant Malcolm Young avec son instrument. Là, j’ai compris que la marque avait enfin réalisé cette réplique que tous les fans attendaient. C’était un secret de polichinelle : le magazine Premier Guitar avait fait un reportage sur le Custom Shop de Gretsch et on pouvait voir dans un coin la fameuse guitare de Malcolm, un plan qui aurait sans doute dû être coupé au montage et qui a enflammé Internet par la suite. Pendant les 4 jours du NAMM, je n’ai pas lâché le représentant Fender. Matin, midi et soir, je lui demandais s’il ne pouvait pas me réserver un exemplaire. Il faut dire que cette gratte est en édition très limitée : 40 pour le monde et une seule pour la France. Et j’ai eu gain de cause ! Pour l’anecdote, tous les modèles étaient déjà commandés dès le premier jour du NAMM… Cela reste très difficile d’avoir une guitare provenant du Custom Shop Gretsch. C’est au minimum 3 ans d’attente. Donc en avoir une bien avant ce délai, en sachant qu’AC/DC est un groupe qui fait très peu de modèles signature, ce fut réellement une belle opportunité.

Souvenirs
C’est une guitare pour moi très émouvante, d’abord parce que Malcolm Young ne joue plus dans AC/DC pour les raisons qu’on connaît. Ensuite, parce que c’est un instrument que j’ai vu dans toutes les vidéos du groupe depuis que je suis petit : sur la VHS du live à Donington, à Bercy en 2001, pour « Stiff Uper Lip », sur la scène de l’Hammersmith Apollo de Londres en 2003, à nouveau à Bercy un peu plus tard pour « Black Ice »… Bref, c’est une gratte avec laquelle j’ai une vraie relation et voir sa réplique m’a vraiment troublé, sans doute parce que le Custom Shop de Gretsch est allé très loin dans son travail de copie, du moindre éclat jusqu’aux modifications même les plus banales, en passant par le gros tirant de cordes qu’utilisait Malcolm. La guitare est réglée de telle manière que, quand tu joues un riff d’AC/DC, il se passe vraiment quelque chose… J’ai moi-même une Duo Jet Custom Shop Stephen Stern, également double cut, mais elle ne sonne pas exactement pareil. La Salut Jet a définitivement un truc en plus.

Un peu d’histoire
C’est une guitare qui a toute une histoire. Dans les vidéos de Jailbreak et de It’s A Long Way To The Top (If You Wanna Rock’n’Roll), on peut voir sa forme originale. À l’époque, elle était rouge et elle avait ses 2 micros d’origine, plus un humbucker sans capot, placé au milieu, ainsi qu’un vibrato Burns, une marque anglaise. Avec le temps, Malcolm Young a juste gardé le seul micro dont il se servait, le micro aigu, et plutôt que de déconnecter les 2 autres, il les a carrément enlevés. Vu qu’il y avait eu une défonce et vu que c’est une semi-hollowbody, donc creuse à l’intérieur, ça fait un trou béant, avec quasiment une caisse de résonance comme si c’était une acoustique. La guitare a également été poncée pour obtenir au final une finition naturelle. Pour cette dernière, je n’ai pas d’explication. Mais, vu son jeu, il avait sans doute dû déjà bien attaquer le vernis et il a décidé de finir le massacre en la ponçant (rires) ! Le prix de cette Salute Jet reste exorbitant. Après, le Custom Shop Gretsch, ça reste cher, vu le boulot effectué par Stephen Stern. Ce serait la version standard rouge, avec les 3 micros et non reliquée, le prix se situerait entre 5000 et 6000 euros. Mais là, c’est une édition limitée qui a bénéficié du fabuleux travail de faussaire qui a été fait à partir de l’originale : passage aux rayons X, documentation sur le moindre pète de l’instrument d’origine, etc… Au final, quand on a cette guitare entre les mains, c’est facile de s’y croire.

Caractéristiques

  • Format Jet
  • Corps chambered en acajou avec binding blanc
  • Table en érable laminé
  • Manche en acajou avec binding blanc, profil standard U, laqué Heavy Relic
  • Diapason de 24.6″
  • Touche en ébène, radius de 12″, 22 frettes Medium Jumbo (+ frette zéro)
  • Sillet en os de 1.6875″
  • Micro TV Jones Classic
  • Contrôle de volume, contrôle de tonalité, master volume
  • Chevalet Space Control avec base en ébène
  • Mécaniques moulées Schaller
  • Tirant d’origine : 12-56
  • Prix : 11 000€

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner