À LA UNE New

GUIDE D’ACHAT – LE TOP 20 DES MINI-EFFETS

Longtemps dominé par Mooer (pas la première marque arrivée, mais celle qui a vraiment changé la donne en lançant ses premiers modèles en 2012), le marché des mini-pédales a été investi par de nombreux fabricants. Si le choix est plus vaste, la réduction de taille n’est pas une garantie de qualité. Voici notre top 20 des mini-effets.
Par Guillaume ley


TC ELECTRONIC SPARK BOOSTER MINI (54€)

Avec moins de réglages que sa grande sœur, la Spark Booster (on a retiré l’égalisation et le réglage de gain), la version Mini
a quand même un sacré caractère.
La transparence étant de mise chez
 TC Electronic, on peut monter le potard au max pour gagner soit du volume (placé en bout de chaîne), soit du gain (si placé juste après la guitare), grâce à une jolie réserve de 20 dB. Ajoutez à cela un look magnifique, et une baisse d’environ 20€ du prix depuis sa sortie, et vous avez un effet au top sans vous mettre sur la paille.


XVIVE TUBE SQUASHER OVERDRIVE (60€)

Cette pédale d’Overdrive réalisée en collaboration avec le guitariste Thomas Blug couvre toutes les fréquences de la guitare, réagit à chaque nuance
de votre jeu, et respecte le caractère de l’instrument. Vous pouvez affiner votre propos grâce au filtre coupe-bas (Low Cut filter) qui permet d’enlever de manière « naturelle » un surplus de bas-médiums et au filtre coupe-haut (Tone) qui réduit toute brillance excessive. Peu de souffle, une belle définition des notes, avec ce qu’il faut de saleté. Un excellent produit.


XVIVE SWEET LEO (62€)

Autre tuerie, toujoujours conçue en collaboration avec Thomas Blug, cette pédale d’Overdrive baptisée Sweet Leo avec ses 4 potards: Drive, Level, Tone et Growl. Quand on augmente le Drive, on salit le son de manière classique. Le réglage de Growl offre un son lui aussi légèrement saturé, mais plus doux et plus brillant à la fois. Une fois le sweet spot trouvé entre ces 2 réglages, tout devient magique. Quand vous rentrez franchement dans les cordes, le son se tord juste ce qu’il faut, mais chaque note reste intelligible et conserve une certaine clarté malgré le Drive venu salir le tout. Bien pensé.


MOOER NINETY ORANGE (69€)

Pas de mystère avec ce clone du Phase 90 de MXR. Un réglage de vitesse suffit, comme sur l’originale. Un switch Modern/Vintage permet d’osciller entre les sons des versions Block et Script Logo. On retrouve le grain de son inspiratrice, avec une jolie brillance en vitesse lente, et un côté Univibe quand on pousse l’accélération. Plus discret en mode vintage, et plus profond en mode Modern, l’effet est facile à régler suivant le résultat recherché. Une excellente alternative, pas chère et moins encombrante.


JOYO IRON MAN BULLET METAL (74€)

En reprenant l’esprit de la Metal Muff d’Electro-Harmonix, abrité dans son petit boîtier équipé d’un capot de protection des réglages, la Bullet Metal est prévue pour envoyer du high gain. Son rendu plus porté sur les hauts médiums rend le son un peu plus ouvert, ce qui plaira aux solistes qui perceront dans le mix. Certes, un peu moins fat que l’originale, mais équipée d’un petit Noise Gate intégré, tellement utile avec ce type de grosse saturation pour chasser le souffle supplémentaire provoqué par un gain poussé au max.


JOYO IRON MAN WOODEN SOUND (77€)

Un excellent émulateur de son de guitare acoustique qui nous a surpris. Contrairement à de nombreux modèles de la concurrence qui proposent plusieurs simulations (jumbo, Piézo, 12-cordes…), la Wooden sound possède un mode unique, mais avec une égalisation à 3 bandes pour mieux sculpter un son relativement ouvert. Le résultat le plus crédible s’obtient avec un micro manche simple bobinage. Mais cela fonctionne bien avec toutes les configurations. Et on retrouve ce fameux format ultra-mini avec le couvercle qui protège les potards. Pourquoi payer plus ?


MOOER ELECLADY (79€)

Avec une police de caractères et des couleurs qui en disent suffisamment, on sait qu’on est face à un Flanger inspiré par la Deluxe Electric Mistress de chez Electro-Harmonix. Un poil moins chaleureux que sur l’originale, le son est dans l’ensemble assez brillant, mais loin d’être trop aigu ou chimique. De quoi se prendre pour Gilmour, et même obtenir un petit Chorus en restant raisonnable sur les réglages. Attention à ne pas trop pousser les potards, au risque de provoquer une série de feedbacks difficilement contrôlables. À moins qu’il ne s’agisse d’un choix artistique personnel.


IBANEZ TUBE SCREAMER MINI (79€)

Le légendaire son de la Tube Screamer miniaturisé par Ibanez. À ce prix, ça donne envie. On y retrouve le même circuit (avec la puce JRC4558 IC) que sur la TS808 japonaise d’époque. D’ailleurs, ce modèle mini est aussi fabriqué au pays du soleil levant. Tout est là, du son crémeux en bas du spectre au médium mis en avant qui perce dans le mix, qu’on se serve de cet effet comme Drive principal aux couleurs bluesy, ou comme un Boost magique de canal saturé. Et vous avez vu son prix ? Elle a tout pour elle.


MOOER RUMBLE DRIVE (79€)

Boostez votre son déjà saturé avec cette Rumble Drive, vous m’en direz des nouvelles. Cela changera un peu de la Tube Screamer et de sa pointe de médium ou d’un Transparent Overdrive. Le son délivré par cette petite Mooer est plus chaud et plus moelleux. Utilisée seule, elle offre un rendu assez doux. Mais couplée à une autre saturation, c’est une véritable arme de Boost facile à régler grâce à l’excellente progressivité de son réglage de gain. Un outil à la fois subtil et impossible à ne pas utiliser en duo dès qu’on l’a placée une première fois en amont de sa disto principale. Difficile à éteindre une fois enclenchée.


HOTONE SYLINE VERB (79€)

Une toute petite Reverb qui semble ne posséder qu’un mode de prime abord. Pas de Room, Plate ou Spring au menu. Il suffit d’ajouter plus ou moins de Reverb, et d’en régler la longueur grâce au Decay. Mais c’était sans compter sur le petit switch malin Shim, qui ajoute le petit plus qui fait la différence : un Shimmer, discret, mais qui apporte cette subtile harmonie en arrière-plan, et offre une vraie profondeur à votre son. Une option disponible sur des modèles souvent plus chers. Le supplément psyché-prog qui va ravir les amateurs de musiques expérimentales.


MOOER MICRO PREAMP 009 BLACKNIGHT (95€)

Grosse baffe avec ce préampli inspiré par l’ampli Engle signature Blackmore. On retrouve un son clean fidèle à l’instrument et relativement bien défini. Mais dès que le crunch arrive, tout devient grandiose. Cette Blacknight offre une dynamique bluffante. On sent le changement de son quand on rentre dans les cordes. Côté saturé, c’est plus heavy à l’ancienne, sans être sourd et agressif. Surtout, à ce
prix, on a 2 canaux (clair et saturé) et la possibilité d’enclencher une émulation de HP pour jouer directement dans une console ou une interface digitale. Un vrai coup de cœur.


TC ELECTRONIC DITTO LOOPER (99€)

Voilà une des pédales petit format qui a fait le plus de bruit ces dernières années. Un Looper d’une qualité sonore inégalée, avec un son non compressé, digne d’un enregistrement haute fidélité, et une utilisation simple, où tout se passe via un footswitch unique et un potard de volume du son enregistré. Pas de mémoire pour importer des boucles ou retenir vos enregistrements… mais ce n’est pas le but de cet effet. Ici, on joue, on enregistre, on jamme, un point c’est tout. Pour plus d’options, d’autres modèles plus complets, plus gros et plus chers existent. En attendant, ce Ditto Looper est un exemple de simplicité et de qualité sonore.


TC ELECTRONIC HALL OF FAME MINI (101€)

Si le premier choc est visuel (un potard au lieu des quatre sur la version standard), le son est lui toujours au rendez-vous. La qualité TC Electronic sans compromis… ou presque. Car pour compenser la disparition des potards d’origine, il vaut mieux être équipé d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur pour pouvoir changer de programme et effectuer des réglages précis avec l’appli TonePrint. Mais qu’est-ce que ça donne bien ! Plate, Room, Hall, Spring, Church… le choix est vaste. Tout le savoir-faire du constructeur danois en matière de spatialisation dans un espace ultra-réduit.


IBANEZ ANALOG DELAY MINI (119€)

Si la Tube Screamer n’est qu’une « simple réduction », ce Delay va plus loin puisqu’il s’agit autant d’une mise à jour que d’une reissue. Car si la couleur du boîtier évoque le Delay analogique AD9 de la même marque, ce modèle mini permet d’obtenir jusqu’à 600ms de retard (contre 300ms pour l’AD9)… tout en restant analogique. Le charme est toujours là, avec cette légère dégradation des répétitions qui donne ce cachet unique, et cette chaleur qui va à merveille avec les sons vintage, qu’ils soient crunch ou fuzzy. Ibanez ne blague vraiment pas avec ses effets mini.


MXR PHASE 95 (133€)

Le Phase 95 mini, c’est la réunion du Phase 45 et du Phase 90, disponibles en 2 modes, Script et Block. Soit 4 sons dans un boîtier qui fait la moitié de la taille d’un effet standard chez MXR !
 Et quel son ! On retrouve le caractère du Phase 90, avec son effet profond et coloré. Quand on active le switch Script, cela devient plus vintage grâce à un effet de feedback moins prononcé. Sur le Phase 45, on apprécie la « légèreté », qui relève subtilement vos arpèges et vos accords en son clair. Un modèle micro, qui comme ses concurrentes, n’a pas la place pour une pile 9V, mais que la marque livre avec une alimentation externe.


ZVEX FUZZOLO (136€)

Les pédales Zvex sont déjà des modèles 
« réduits », par essence. Là, on passe à encore plus rikiki, avec cette petite sœur de la Wolly Mammoth. Cette fuzz est pilotée par une paire de potards, Volume et Pulse.
 Ce dernier fait passer le son de la Fuzzolo d’un côté plus smooth, avec un joli grave, limite Overdrive, à un truc plus porté vers une Fuzz sauvage, ultra-accrocheur (genre un bon gros velcro sonore) et aussi déconstruit, comme si un Noise Gate intervenait sur
 une Fuzz sale, de manière chaotique. On peut donc envisager le vrai son rock et roots, comme verser dans le garage sale et noisy. Une petite teigne qui fait du bruit.


JHS MINI FOOT FUZZ (157€)

Une vraie Fuzz dynamique qui réagit parfaitement à la moindre variation du potard de volume de votre guitare et sonne avec tous les types de micros. Elle permet de disposer d’une palette de sons très étendue (en ajoutant les possibilités offertes par le réglage de 
gain, très progressif ). Du sérieux avec ce modèle boutique qui délivre un son super équilibré, où toutes 
les fréquences ont droit à leur taux de Fuzz sans que le son soit trop sourd ou trop aigu. Une Fuzz full range ? On pourrait la décrire ainsi. Une vraie belle pédale boutique de toute petite taille.


XOTIC EP BOOSTER (178€)

Un Booster, certes, mais pas n’importe lequel, puisque celui-ci possède un vrai grain et un sacré caractère. Avec un E et un P qui
 ne se cachent pas, Xotic reproduit le son du circuit de préamplification du célèbre Maestro EP-3 Echoplex. Un joli Boost avec un léger Drive qui salit votre son juste ce qu’il faut, et qui, en guise de Booster de canal saturé, resserre votre grain et le rend même presque plus précis et plus saillant. N’essayez pas de l’utiliser comme un Boost transparent. Un superbe outil pour donner à votre son le petit plus qui vous démarque des autres.


KEELEY RED DIRT OVERDRIVE (182€)

En reprenant la base d’une Tube Screamer qu’il améliore (après tout, n’est-il pas un des spécialistes de la modification de pédale d’effets ?), Keeley a réussi à livrer un modèle avec
 un grave un plus musclé et une dose de gain supplémentaire par rapport à son inspiratrice. Sur ce modèle mini, pour obtenir des sons supplémentaires, il faudra aller farfouiller à l’intérieur du boîtier où se trouvent 2 DIP Switches qui permettent de changer le type de gain, et ainsi passer de l’Overdrive léger à la grosse saturation. Un super son pour cette « Tube Screamer Like » plus, polyvalente, et efficace dans tous les registres. De la belle ouvrage.


WAMPLER TUMNUS (222€)

La Klon Centaur, selon Wampler, ou le Clean Boost/Overdrive de légende que les guitaristes louent comme l’effet ultime. On retrouve les même réglages que sur l’originale, Gain, Level et Treble. Du Drive léger, au crunch plus mordant, tout sonne. La particularité de cette Tumnus réside dans la jolie présence des bas médiums, qui la rend très musicale même lorsqu’elle est couplée à un ampli typé british au haut médium déjà prononcé. Sur un ampli au son naturellement plus creusé, c’est superbe et cela redonne un peu de vie à ceux dont le caractère est plus plat. Certes, le prix est assez élevé, mais le rendu est magnifique.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner