À LA UNE New

GIBSON FIREBIRD T & FIREBIRD HP – Fausse jumelles ?

Si l’on retient surtout sa forme, la Firebird de Gibson a pourtant de jolis atouts, dont ses mini-humbuckers, en version Traditionnal ou High Performance.

Guitare hors des sentiers battus, ne serait-ce que par son look décalé, la Firebird a connu un parcours chaotique, rythmé par diverses rééditions entrecoupées de plusieurs arrêts de production. Culte. C’est justement ce côté à la fois en marge et vintage qui en fait un objet de fantasme aujourd’hui. Nous testons ici 2 versions du modèle, la Firebird T (comme Traditional) et la HP (comme High Performance). Si la particularité des
guitares portant la mention
HP se résumait souvent
à la présence du système
d’accordage G-Force, d’autres
 détails permettent à la cuvée
 2017 de cette Firebird de se démarquer, comme les potards de contrôle. Si les corps sont en acajou et la touche en palissandre pour les 2 modèles, les manches sont différents. La Traditionnal adopte un multi plis avec acajou et noyer, alors que la HP possède un manche tout acajou. Surtout, ce manche de HP est plus large et plus
plat, notamment au niveau des
 dernières cases. Parfait pour
 les solistes, d’autant plus que l’attache-courroie a été déplacé
 sur la corne supérieure de la
guitare, et ne vient pas gêner la 
main gauche.

Question d’équilibre
Si l’on joue debout, la version HP pique du nez. Très désagréable, et difficilement jouable, car en plus de devoir tenir le manche pour placer ses accords, on fait de la musculation, le poids du G-Force
se faisant sentir dès les premières cases (imaginez quand on arrive en bas du manche). En revanche, sur la Firebird
 T, le manche ne bouge pas, malgré ses 19 cases situées hors du corps. L’ensemble étant plus léger, c’est bien entendu beaucoup plus confortable à jouer, et moins fatiguant pour la main gauche. On a branché les 2 guitares dans un combo à modélisation, puis dans une tête à lampes, et utilisé différentes pédales (Drive, Fuzz, Delay). Elles ont un rendu relativement proche malgré la différence des essences dans le manche, et la présence du G-Force. Dans l’ensemble, c’est très rock !

Johnny Winter is coming
Les mini-humbuckers sont le chaînon manquant entre les singles coils et les vrais humbuckers. Dynamique du micro simple, moins de
buzz, et niveau de sortie
plus conséquent. C’est tout simplement génial pour les sons crunch et les saturations vintage. Ce n’est pas pour rien si cette guitare a fait les beaux jours de Johnny Winter, avec ce côté à la fois rauque (n’roll) et chaleureux malgré tout (moins rond que la Les Paul, mais mieux défini). Du blues sous testostérone, et du hard rock avec un touche de boogie. On a beaucoup aimé le côté vraiment nerveux du micro chevalet, et surtout la position intermédiaire avec les 2 micros, tranchante, mais avec un joli grave
 en arrière plan. Le micro manche nous a surtout plu en clean ou en très léger crunch, là où les autres positions passaient vraiment bien avec plus de saturation. Si vous désirez une guitare avec une forme originale
 et une belle gueule, tout en cherchant
 le son Gibson, avec un soupçon de dynamique en plus, ne réfléchissez pas plus longtemps. Quant à savoir si vous préfèrerez la version T ou HP… Prévoyez juste un budget tabouret supplémentaire pour la seconde. Ce sera moins fatiguant que de jouer debout.
Guillaume Ley

Gibson Firebird T
Gibson Firebird HP vue de dos

Caractéristiques

  • Corps : acajou
  • Manche : acajou/noyer (T), acajou (HP)
  • Touche : palissandre
  • Micros : mini-humbuckers 495R (manche) et 495T (chevalet)
  • Contrôles : 2 volumes, 2 tonalités, 1 sélecteur micros à 3 positions
  • Chevalet : Tune-O-Matic
  • Mécaniques : Steinberger Gearless (T), système G-Force
  • Origine : U.S.A.
  • Prix : 1390€ (T), 1490€ (HP)
  • Distributeur : www.gibson.com

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password