À LA UNE New

GIBSON EXPLORER 2017 TRADITIONAL – Une guitare intemporelle

En 2017, tous les modèles solidbody de Gibson font peau neuve. Avec les mêmes arguments que la Flying V (voir ici), l’Explorer, qui soufflera bientôt ses 60 bougies, se décline en 2 versions : la High Performance (HP) et la Traditional (T), testée ici. Voici le nouveau millésime d’un modèle qui semble ne jamais évoluer… Il doit bien y avoir une raison à cela, non ?

La finition de l’Explorer
 2017 est irréprochable et la seule coquetterie vient du logo en lettres nacrées, sur la tête. L’instrument est donc plutôt austère, comme si l’essentiel se devait d’être là, mais sans fioritures. Pour l’équipement et les combinaisons sonores, tout reste très conventionnel avec une paire de microphones à double bobinage découverts, des contrôles pour les volumes (x2) 
et pour la tonalité (x1). Les mécaniques sont 
à bain d’huile avec de petits boutons, 
ce qui permet d’allier robustesse
 et facilité de manipulation (car les mécaniques sont assez proches, du fait de leur alignement sur un seul côté
 de la tête). Le confort de jeu est très bon grâce à la finesse du manche, l’accessibilité à toutes les cases
 et la forme du corps qui, bien
 que grossière à première vue,
 s’avère ergonomique : l’extension 
de hanche est un bon appui pour l’avant-bras soit en tant que repos,
 soit pour aider à l’orientation du
 corps et du manche pendant le jeu.
 De plus, contrairement à la Flying V
 qui est problématique en position assise, l’Explorer est bien stable et confortable. En position debout, la guitare est plutôt à l’horizontale et ne tire ni sur l’épaule, ni sur le corps.

Un régal à faire sonner
C’est en son saturé que l’instrument s’annonce le plus exaltant, le plus soutenu dans les rythmiques et les phrases mélodiques. Le son est à la fois nerveux et ample, avec une rondeur ferme pour le micro manche (le son est un peu voilé mais la réponse ne bave pas). Le micro chevalet tranche dans la saturation et donne un son incisif particulièrement bien à propos pour ce genre de modèle. Cette Explorer est ainsi une combinaison de nervosité et de légèreté, dans une lutherie assez massive qui vibre bien et semble robuste (mais il faut aimer son look spartiate). Du coup, les harmoniques sont chantantes, le jeu est précis, les rythmiques claires, avec du répondant et un comportement qui ne déborde jamais (ce qui se traduit par une sensation 
de maîtrise, même avec de grosses saturations). La configuration avec les 2 microphones en parallèle joue son rôle, à la fois creusée et pincée du nez. On l’imagine plutôt sur des arpèges en son clair ou crunch, mais les qualités d’articulation observées pour chacun des 2 micros sont ici conservées. Rien n’est révolutionnaire donc dans cette version 2017 de l’Explorer, mais cette machine à jouer fort et avec puissance sonne bien, et semble taillée pour durer. Le tarif est cohérent avec la simplicité d’apparence du modèle. Cette guitare est livrée dans un nouvel étui rectangulaire 
« Explorer Hard Shell » en skaï marron.
Benoît Navarret

Caractéristiques

  • Type : guitare électrique à corps plein
  • Corps : acajou
  • Manche : collé, en acajou
 (profil « slim taper »)
  • Touche : palissandre, 22 frettes,
 largeur 43,05 mm au sillet
  • Sillet : Tektoid
  • Diapason : 24 3⁄4’’ (628 mm)
  • Chevalet : Tune-O-Matic en aluminium, chromé
  • Cordier : Stop bar en aluminium, chromé
  • Micros : Humbuckers (Gibson 496R 
et Gibson 496T), sans capot
  • Mécaniques : individuelles, mini Grover Kidney à bain d’huile
  • Contrôles : volume (x2), tonalité (x1),
 sélecteur de microphones à 3 positions
  • Origine : États-Unis
  • Prix : 1399€
  • Distributeur : www.gibson.com

Test paru dans le Guitar Part n°282

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner