À LA UNE New

FRAMUS D-Series Idolmaker Standard – Du gros gros son

Vous avez craqué pour le design remarquable du modèle haut de gamme Framus Idolmaker, mais vous avez été rebuté par le tarif ? Voici la D-Series qui, grâce à une production asiatique, rend ce modèle plus accessible, sans renier les fondamentaux de qualité chers à cette marque.

Dès la prise en main, la Framus D-Series Idolmaker en impose avec un poids certain (qu’il faudra surveiller sur l’exemplaire que vous 
aurez à disposition), avec notamment 
un équilibre qui met le manche à l’horizontale, pour une position de guerrier bien droit et une impression de manche long, un peu comme sur une Firebird. Le manche justement est assez large, mais peut se prendre à pleines mains grâce à l’arrondi au dos. Le contact du vernis, fin et satiné, est agréable en ce qu’il n’oppose pas de résistance au déplacement de la main, comme on peut l’observer parfois sur des manches à
 vernis épais. L’atout de ce
 modèle vient de la forme de
 son corps avec une extension
 de la hanche supérieure qui 
offre un appui bienvenu de 
l’avant-bras, ce qui guide le poignet sur le chevalet de type Tune-O-Matic et garantit un appui confortable, sans tension musculaire de la main droite pour un jeu rythmique en palm muting par exemple. La configuration électronique est ici conventionnelle, de type Gibson, avec le duo chevalet/cordier et deux humbuckers (deux grands classiques de chez Seymour Duncan), un volume et une tonalité.

Dense avec les stars
En acoustique, les aigus sont précis et se dégagent naturellement de la lutherie, sans avoir à forcer le jeu. Sur un plan vibratoire, cela se passe plutôt au niveau du manche et des cordes car le corps vibre peu dans le bas du spectre. Cet instrument est imposant et n’incite pas à la finesse de jeu. Autrement dit, on le sent taillé pour les sons denses, pleins, épais et des distorsions massives. Il offre une belle clarté, c’est-à-dire une bonne définition des notes, des résonances de notes peu fluctuantes et qui ne masquent pas les fondamentales, une bonne séparation entre les cordes, ce qui donne en son saturé une grande lisibilité du jeu et un bon soutien des rythmiques. Cette association de précision et d’épaisseur de son semble ainsi caractériser ce modèle.

T’as le look costaud
Le micro chevalet sonne nasal, haut-médium, ce qui prend tout son sens en son saturé, pour faire émerger les phrasés ou rythmiques. Le micro manche est d’une rondeur contenue, plus neutre en fréquence que l’autre micro, sans perdre de réactivité dans la réponse. Les deux ensemble sont très bien appairés pour une sonorité pincée et une nasalité très prégnante, même sur saturations denses. Faut-il condamner les sons clairs pour autant ? Bien 
sûr que non, car la réponse claire peut très bien être mise à pro t avec ce type de sons. Néanmoins, un autre tempérament se dégage de cette lutherie qui est moins dynamique et chantante que d’autres modèles. Les sensations de jeu sont par ailleurs un 
peu en deçà des versions allemandes tant du point de vue des qualités de résonances des bois utilisés, que du vernis et de l’aspect de la finition. Mais c’est au regard du tarif. Il n’empêche
 que le look est immanquable, l’esprit gros son en impose, et qu’il s’agit d’un modèle pour des costauds de la gratte qui jouent puissant et aiment le contrôle d’une guitare qui ne tremble pas comme une feuille quand on joue fort. Elle est fournie avec une housse et un kit complet d’attaches-courroie sécurisées pour se déchaîner sur scène sans craindre de la voir vous échapper des mains !
Benoît Navarret – Photo : © Flavien Giraud

Caractéristiques

  • Type : guitare électrique solidbody
  • Corps : acajou et plaquage érable ondé AAAA
  • Manche : collé, en acajou
  • Touche : ébène
  • Chevalet : type Tune-O-Matic
  • Micros : Seymour Duncan SH-1n (manche), SH-4B (chevalet)
  • Mécaniques : à bain d’huile
  • Contrôles : volume, tonalité, sélecteur à trois positions
  • Autres : housse et kit d’attaches-courroies fournis
  • Prix : 969€
  • Origine : Chine
  • Distributeur : www.htd.fr

Test paru dans le Guitar Part n°308

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password