À LA UNE New

FENDER THE EDGE DELUXE – Tweed and Shout

Parce qu’une guitare ne suffisait pas, Guitar Part a réussi à mettre la main sur un exemplaire de l’ampli signature du guitariste de U2. Une exclusivité qui fait une nouvelle fois mouche.

Il est très fort The Edge. En tout cas, il a bon goût en matière de matériel. Avec sa surprenante Stratocaster aux sons
 relativement musclés, 
le guitariste de U2
 nous dégaine un petit
 combo ébouriffant.
 Développé avec les
 ingénieurs de Fender, l’ampli est une version personnalisée d’un Deluxe 1957 reprenant le circuit électronique qui équipait ce combo à la fin des années
 50. Douze watts à lampes, ça peut paraître juste pour jouer au Stade de France, mais pour le reste, on peut vous garantir que ça envoie le pâté. Le choix des réglages est restreint, ce combo ne possédant qu’une tonalité et 2 de volumes (1 par canal). Car, comme pour le modèle original, ce joli Tweed possède deux canaux « séparés », Inst et Mic. Il faut choisir dans quel canal jouer en branchant sa guitare au bon endroit (chaque canal a 2 entrées, 1 Low et 2 High). Rassurez- vous, cela a l’air complexe, mais c’est d’une logique absolue.

A Sort Of Homecoming
On débute les hostilités avec le canal Inst et l’entrée 1. On découvre avec délice le vrai son clair de chez Fender, c’est-à-dire magique, à la fois propre et chaleureux, surtout avec les micros chevalet de type single coil. Il faut passer le premier tiers du volume pour commencer à cruncher subtilement. Comme sur les vieux amplis dignes de ce nom, pas de Master. Il faut donc pousser le volume pour que le son torde. C’est là qu’on vous confirme que 12 watts, c’est déjà bien assez. Quand on dépasse les deux tiers du volume, ça crunche magnifiquement, et à fond, ça devient gras mais pas trop baveux, car le son est naturellement et élégamment compressé. Toujours sur le canal Inst, l’entrée 2 permet certes d’atténuer le rendu d’un instrument au niveau trop élevé (électronique active entre autres), mais aussi d’avoir un son un peu plus sombre quand on conserve la même guitare (ici une Strat, justement). Quand on relie notre guitare à l’autre entrée, c’est-à-dire la Mic (avec
 là aussi, une entrée 2 pour atténuer les guitares costaudes), on laisse passer moins d’aigus. C’est un peu plus terne, mais peut se révéler très utile si on utilise une A/B Box. C’est là l’astuce ! Branchez votre guitare dans la box, et reliez la sortie A à l’entrée Inst et la sortie B à l’entrée Mic. Vous voilà avec 2 canaux commutables au pied, voire cumulables. Eh oui, quand on cumule, ça commence à envoyer du gras et du bas plus sérieusement. Gros classic rock et heavy blues charnu en vue.

Your Blue Room
On parle de son gras, mais pas flou
 ou imprécis pour autant. Une des particularités de ce modèle signature, c’est le remplacement du HP Jensen au son vintage par un Celestion Blue, qui offre des basses moins flottantes, un peu plus resserrées, et transforme ce combo en excellente plateforme à effets, ce qui n’était pas le cas du Deluxe d’origine. Modulation, Delay, Reverb, tout passe sans encombre. Il en est de même avec les pédales de saturation, même les plus violentes. On lui a fait voir du high gain, puis aligné 3 pédales d’Overdrive en série, et notre Tweed n’a pas bronché. Le son Fender en un clin d’œil, cumulé avec un ampli dont on peut modifier 
le caractère via des effets externes, le tout dans un combo compact et classe, on comprend que The Edge ait fait ce choix. Peut-être un des meilleurs Deluxe sortis ces 20 dernières années.
Guillaume Ley

fender_the_edge_deluxe_controls

Caractéristiques

  • Type : Combo guitare
  • Puissance : 12 watts
  • Réglages : Mic Volume, Instrument Volume, Tone
  • Dimensions : 520 x 432 x 240 (mm)
  • Poids : 13,8 kg
  • Technologie : lampes (2x 12AX7, 1x 5Y3, 2x 6V6)
  • HP : Celestion Blue 12”
  • Connectique : 4 entrées (Inst 1, Inst 2, Mic 1, Mic 2)
  • Origine : U.S.A.
  • Prix : 2389€
  • Distributeur : www.fender.fr

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password