À LA UNE New

FENDER EOB STRATOCASTER – Ok, Sustainer

Ce modèle signature Ed O’Brien, discret guitariste de Radiohead, est en marge du reste de la production Fender. Cette véritable machine à produire des sons venus de l’espace est un alien séduisant en tous points.

Quand Fender a annoncé la sortie d’un modèle signature Ed O’Brien, plus précisément EOB, on s’attendait à un instrument pour expérimentateur. On n’a pas été déçu. Si la base de travail est une bonne vieille Stratocaster, de nombreux détails tranchent avec le classicisme de ce modèle. En effet, cette guitare accueille le fameux système Fernandes Sustainer qui permet de faire vibrer les cordes quasi à l’infini, un peu comme avec un E-bow, mais avec les mains libres. Et pour cela, il a fallu héberger l’électronique supplémentaire dans le corps, et supprimer l’entrée jack de la plaque de protection, pour la placer sur la tranche inférieure de l’instrument. Le look diffère donc un peu et une prise de poids conséquente accompagne cette modification (presque 5 kg contre 3,5 kg en moyenne pour une Strat Standard). Attention aux dos fragiles. Et surtout, n’oubliez pas de vérifier régulièrement la pile 9V qui alimente le Sustainer. Autre surprise de taille lors de la prise en main, la forme et l’épaisseur du manche, qui commence en V, pour finalement prendre une forme de C en milieu de course quand on descend vers les notes les plus aiguës. En 5 minutes à peine, on s’est déjà acclimaté.

Anyone Can Play Guitar
Branché dans un petit combo à lampes (on a testé cette EOB avec un Orange, un Vanflet et un Vox), on retrouve le vrai son Strat grâce au micro central, un Fender Texas Special, dont le rendu est quand même costaud (pour les fans de Stevie Ray). Le micro manche livre un son 
épais et clair à la fois, ce qui en fait une surprise agréable. Côté chevalet, c’est du plus costaud, puisque le Seymour Duncan JB Jr (un humbucker au format d’un micro simple) possède un gros niveau de sortie par rapport à un single coil de Strat classique, et délivre pas mal de médiums, ce qui a permis d’effectuer un bon lâcher d’harmoniques sur les 3 amplis. Polyvalence est donc le maître-mot de cet instrument, qui se révèle aussi à l’aise dans les jolis cleans qu’avec de la saturation et ce, même avec un gros gain sale, et pas seulement de l’Overdrive. Reste l’arme secrète
 qui fait toute la différence, le système Fernandes Sustainer.

The Bend(s)
On active le circuit, on dose son niveau de sortie avec le potard de volume
 dédié à cet effet, et ça y est, les notes résonnent longtemps. Soyons clairs tout de suite, avec un son propre et dénué d’effet, l’intérêt de ce système est plutôt limité. Mais dès qu’on commence à ajouter du Delay, de la Reverb et quelques modulations, c’est juste énorme, même si cela demande un peu de pratique pour ne pas partir en feedback incontrôlable
 dès les premières manipulations. Privilégiez les notes longues, avec de jolis bends, et espacées entre elles. En bref, prenez votre temps. Le système propose 3 modes : Natural, Mix 
et Harmonic. En mode Natural, on conserve ce côté contrôlable, avec 
la fondamentale de la note jouée 
qui résonne tant que vibrent les cordes. En mode Harmonic, c’est une hamonique beaucoup plus aiguë
 (la 5e harmonique supérieure) qui se déclenche et part très vite en feedback, aussi musical soit-il. Super pour le côté bruitiste créatif, mais attention à vos oreilles. Le mode Mix, comme son nom l’indique, joue sur les 2 plans. Vous voilà avec un nouvel instrument sous les doigts, qui ne plaira sûrement pas
 à tous les guitaristes, mais dont la conception en fait une vraie machine à innover, pas si éloignée de cela du synthétiseur… à un prix redoutable. Plus qu’un modèle signature, un modèle novateur chez Fender.
Guillaume Ley

Caractéristiques

  • Corps : aulne
  • Manche : érable
  • Touche : érable
  • Micros : Seymour Duncan JB Jr (chevalet), Fender Texas Special (centre), Fernandes Sustainer Driver (manche)
  • Contrôles : volume, tonalité, sélecteur micros à 5 positions, contrôle de l’intensité du Sustainer, sélecteur Sustainer, sélecteur Fundamental/ Harmonic/Mix
  • Chevalet : vibrato vintage
  • Mécaniques : vintage
  • Origine : Mexique
  • Prix : 1119€
  • Distributeur : www.fender.com


Demande de l’Ed
Quand on parle de Radiohead, on pense d’abord à Thom Yorke, et éventuellement au guitariste Jonny Greenwood. C’est sans compter sur le discret Ed O’Brien, dont le rôle n’a cessé de prendre de l’ampleur, surtout à partir des albums « OK Computer » et 
« Kid A », sur lesquels la guitare a commencé à être utilisée comme un clavier sur certains morceaux. Ed, en grand fan de Stratocaster, jouait depuis 1996 sur un modèle signature Eric Clapton, sur lequel il avait fait monter un système Fernandes Sustainer en 2000, année de la sortie de l’album « Kid A ». Son modèle signature, aussi discret que lui (sa griffe n’apparaît nulle part sur la tête) a été réalisé selon ses exigences, en collaboration avec Alex Perez, luthier au R&D Model Shop de Fender (la section recherche et développement de la marque). Une guitare qu’il a beaucoup utilisée sur la tournée « A Moon Shaped Pool… », mais aussi en studio, dans
 le cadre de
 l’enregistrement
 de son premier
 album solo,
 produit en partie par Flood (U2, Depeche Mode).

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner