breaking news New

FENDER AMERICAN PROFESSIONAL TELECASTER DELUXE SHAWBUCKER – Une Tele résolument moderne

En remettant à jour la Telecaster Deluxe, Fender réussit le pari de réunir esprit vintage et confort de jeu moderne, avec un son musclé.

La Telecaster Deluxe, ou l’histoire d’une guitare pas toujours comprise à ses débuts. Sortie en 1972, elle peine à trouver son public. La production s’arrête moins de 10 ans après son lancement. Pourtant, une bonne frange des rockeurs (voire des rockeurs à frange) indés appréciait cette guitare, plus musclée que sa grande sœur, grâce à ses micros doubles. Il faudra alors attendre 2004 pour que les
 premiers modèles reissue
 fassent leur apparition.
 Depuis, la Deluxe a sa place
 réservée dans le catalogue
 de la marque californienne. La voilà qui arrive en version Pro Series.
 Après la convaincante Stratocaster HSS, qu’en est-il de cette Tele revisitée ? Sur le plan esthétique, c’est toujours aussi beau à regarder. Légère, elle donne presque l’impression d’avoir une Strat contre soi (surtout avec la découpe à l’arrière du corps, qui plus est en frêne). Le contact est donc moins rude qu’avec une Telecaster standard. Mais c’est surtout le manche qui surprend. Fender l’a appelé modern deep C. C’est celui qui équipait déjà la Stratocaster Pro Series. Il est assez massif et 
très confortable. Mais les petites mains préféreront sans nul doute les manches vintage. Comme sur d’autres guitares de la même ligne, on retrouve des micros réalisés par Tim Shaw.

Shaw patate !
Les fameux humbuckers Wide Range d’époque réalisés par Seth Lover (l’inventeur du humbucker et du célèbre P.A.F. Gibson, que Fender a recruté par la suite) sont remplacés par une vision nouvelle, mais respectueuse de son travail. Tim Shaw, à l’origine de ces nouveaux micros (lui aussi a d’abord bossé chez Gibson avant d’être débauché par Fender), a trouvé le parfait compromis entre moderne et vintage. Côté chevalet, ne vous attendez pas au twang de la Telecaster. Même si le son est brillant, il n’est pas aussi claquant, ni nasillard (ce qui faisait son charme dans ce cas précis) que le micro simple habituel. En revanche, c’est là sa force, il peut tout encaisser, du léger Drive à la grosse disto, en passant par la Fuzz. La pêche et le niveau de sortie sont là pour envoyer ce qu’il faut, comme une vraie rockeuse polyvalente. Côté manche, c’est plus grave que le modèle d’origine et mieux adapté à un style comme le jazz, bien que le blues et le rock soient toujours de mise. Le côté Gibson des réglages (2 tonalités et 2 volumes) aide aussi à trouver des combinaisons sonores au rendu plus fat, mais toujours précis.

Double détente
C’est aussi cette combinaison de micros et de réglages qui ouvre la guitare à des registres plus modernes, et surtout plus rock, que la Telecaster ne peut atteindre dans sa version classique. Autre vrai plus, la présence d’un circuit Treble Bleed, qui permet de ne pas perdre d’aigus lorsque l’on baisse le potard de volume. Une silhouette reconnaissable toujours aussi séduisante, un confort de jeu modernisé, une palette de sons large et tout-terrain, de quoi
 ravir les musiciens de rock qui aimeraient trouver un compromis entre l’ergonomie de Fender et le son de Gibson. Finalement, ce qui lui manque le plus, c’est un vrai son de Tele typique. Mais ce n’est pas ce qu’on cherche en premier lieu quand on se tourne vers cette séduisante rockeuse.
Guillaume Ley

Caractéristiques

  • Type : Solidbody
  • Corps : frêne
  • Manche : vissé, en érable
  • Touche : érable
  • Chevalet : fixe
  • Micros : Shawbucker 2T (chevalet), Shawbucker 1T (manche)
  • Mécaniques : bain d’huile Fender
  • Contrôles : Volume avec circuit « Treble Bleed » (x2), Tone (x2), sélecteur de micros à 3 positions
  • Origine : U.S.A.
  • Housse/étui : moulé inclus
  • Prix : 1749€
  • Distributeur : www.fender.fr

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Mot de passe oublié ?

Lost Password