breaking news New

FENDER ACOUSTASONIC PLAYER TELECASTER – Electrocoustic !

Après les versions made in USA (Tele, Strat, puis Jazzmaster) Fender continue de développer sa nouvelle ligne Acoustasonic avec une Telecaster Player, fabriquée dans une nouvelle usine à Ensenada au Mexique, pour un tarif divisé peu ou prou par deux. Un instrument qui continue de surprendre…

Depuis trois ans que Fender travaille à implanter l’Acoustasonic dans le paysage guitaristique, le concept de ce curieux engin continue de soulever mille questions. S’agit-il du chaînon manquant entre guitares acoustique et électrique ? De l’acoustique des guitaristes électriques ? À qui s’adresse-t-elle ? À des baroudeurs ou side-men qui ne peuvent se permettre de transporter une encombrante acoustique pour quelques utilisations ponctuelles en live ? À des as du Looper qui s’éclateront à marier les sonorités en couches successives ? À des home-studistes nomades à la recherche d’un instrument couteau suisse ? Ou dans le cas de cette version plus accessible, à des amateurs à la recherche d’une guitare unique assurant un compromis entre les deux univers ? Pourrait-elle abolir ce vieux cliché qui dicte à nombre de débutants de commencer par la guitare acoustique ? Cette hybridation questionne aussi notre rapport à la technologie et à l’innovation, alors que les standards d’antan demeurent indétrônables (preuve en est la forme de cette guitare), tandis qu’une marque de premier plan comme Fender, qui continue de capitaliser sur son héritage, ne peut risquer la sclérose, et se doit de poursuivre ses recherches et continuer d’innover, comme du temps de Leo…

Sortie du bois
Comme celles qui l’ont précédée, cette Telecaster Acoustasonic brouille les repères : des sensations de jeu électriques de par son manche, son gabarit, mais « acoustifiées » par la présence d’un chevalet collé en bois et de cordes « folk » (la corde de Sol est filée, moins facile à bender). Si le « puits » de bois qui lui sert de rosace intrigue, la projection qu’elle dégage est étonnante pour un si petit volume de caisse : un rendu bien différent d’une hollowbody, avec un vrai côté « boisé », sans pour autant retrouver le naturel, la résonance et les basses d’une guitare acoustique traditionnelle. Dans sa conception, cette version mexicaine hérite de la plupart des attributs du modèle américain : corps en acajou évidé, table en épicéa renforcée d’un barrage longitudinal, manche en acajou également, mais avec une touche en palissandre et non en ébène. On retrouve le micro magnétique N4 Noiseless et un piézo Fishman ; en revanche, le capteur dissimulé dans la caisse a été sacrifié, et on ne pourra donc pas profiter des sonorités percussives proposées par la version US.

Ni l’une ni l’autre
Mais cette simplification a aussi du bon : le sélecteur à trois positions (et non plus cinq) donne accès à six types de sonorités électriques et acoustiques qu’on identifie assez rapidement. Ces différents voicings sont appairés et le potard de Blend permet un mix entre deux (voir encadré page précédente). Si l’on était au départ quelque peu sceptique sur la proposition de sons saturés, le rendu des positions Lo-Fi Crunch et Fat apporte une épaisseur et un vrai relief par rapport aux sons clairs du capteur et du micro. Quant aux sonorités acoustiques, force est de reconnaître que le rendu une fois branché s’avère bien plus convaincant et plaisant que nombre de systèmes piézo installés dans de vraies acoustiques et souvent décevants ! L’Acoustasonic apparaît finalement comme un instrument à part entière sur lequel on ne joue ni tout à fait comme sur une électrique, ni vraiment comme sur une acoustique, et se révèle un terrain de jeu aux sonorités exploitables : à ceux qui s’en empareront d’écrire son histoire.
Marco Peter

Caractéristiques

  • Type : électro-acoustique
  • Corps : acajou, table en épicéa
  • Manche : acajou
  • Touche : palissandre
  • Mécaniques : Fender
  • Chevalet : palissandre
  • Micros : Fender Acoustasonic N4 Noiseless Tim Shaw, Piezo Fishman
  • Contrôles : sélecteur 3 positions, Blend, Volume
  • Finitions : Brushed Black, Shadow Burst, Arctic White et Butterscotch Blonde
  • Prix : 1199€
  • Distributeur : www.fender.com

Blend : mille saveurs ?
Le concept était posé dès le départ et le fonctionnement de l’électronique de l’Acoustasonic demeure le même quel que soit le modèle : la marque a fait le choix de ne pas complexifier les réglages, quitte à faire des sacrifices, et d’offrir une expérience de jeu relativement familière avec  un sélecteur donnant à chaque fois accès à deux types de sons, mixables à l’envi grâce au potard de Blend qui remplace la tonalité. Sur cette Player, la position 1 correspond au son électrique du micro Noiseless (conçu par Tim Shaw) d’une part et à un mode « Fat » saturé de l’autre. La position 2 balance entre Lo-Fi Clean et Lo-Fi Crunch, à partir du capteur positionné sous le chevalet ; et la position 3 modélise deux types d’acoustiques, petit corps en acajou à diapason court ou dreadnought palissandre. Cette configuration trouve toutefois ses limites en termes de manipulations: il sera ainsi impossible de mélanger deux sons qui ne seraient pas sur la même position, et second bémol, pour passer d’un son à l’autre, il faudra parfois une double manipulation, du sélecteur et du Blend.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Mot de passe oublié ?

Lost Password