À LA UNE New

DANELECTRO ’84 – Danocaster ?

Voilà une strat-like à la sauce Danelectro, avec sa triplette de micros lipsticks chers à la marque, qui donne un arrière-goût très intéressant et plus typé au modèle le plus répandu qui soit.

Cela semble se confirmer, Danelectro opère un changement en fabriquant ses nouvelles guitares « comme tout le monde » (avec du vrai bois diront quelques détracteurs), ce qui alimentera quelques conversations sur l’éloignement de ce qui fait l’ADN de la marque. On avait découvert le modèle ’64 aux allures de Mosrite qui nous avait surpris par sa construction avec un corps plein, mais aussi sa politique tarifaire en forte augmentation. Il en est de même avec la Danelectro ’84, qui prend sa source du côté de la Stratocaster et s’affiche à 840€.

Strat-like
Esthétiquement, la ’84 est assez clinquante, ses micros lipsticks chromés et son vernis brillant, épais et sans défaut, laissant apparaître la jolie finition Sunburst. Mais le détail qui tue est la tête dite « matched » (assortie) de la même couleur que le corps. Puisqu’elle prend son inspiration auprès de la gratte la plus universelle qui soit, il y a toutes les raisons de penser qu’elle sera facile à jouer. La prise en main se fait sous les meilleurs auspices avec son corps forcément plus lourd qu’à l’accoutumée pour la marque, ce qui assure l’équilibre. Le manche est confortable, plus plat et large que celui d’une Strat, avec des frettes un peu hautes. Il est un peu plus raide dans le jeu, mais on s’y fait rapidement.

Lipstick’n’roll
Passer du corps creux en masonite à un corps plein a forcément une incidence sur le son. À l’origine,, Danelectro a une signature tonale unique, un peu creusée dans les médiums et légèrement sale, donnant parfois des sons clairs moins précis. Avec ces mêmes micros lipsticks montés dans un corps plein, le rendu gagne en dynamique, mais aussi en précision pour se rapprocher de celui de la Strato via les positions intermédiaires. On reste toutefois en terrain connu avec cette triplette puisque le son est droit, direct et claquant, atténuant cependant un peu son historique charme caverneux. Cependant, c’est bien un type de son qui collera parfaitement à un environnement 60’s surf music et sa dose de Tape Echo et autres Spring Reverb, ou a un style plus porté vers le rockabilly (surtout pour la rythmique). Bref, un vrai régal. Dès l’instant où l’on monte le Drive à l’ampli (ou en utilisant une pédale d’Overdrive), elle mord de manière incisive, notamment avec le micro chevalet activé, dont on surveillera les aigus parfois très agressifs, sauf si vous êtes un adepte d’un garage rock sauvage. Comme le niveau des fréquences basses n’est pas très important, on préférera un ampli de profil « vintage », avec de bons médiums, car les lipsticks ont moins de nuances dans un environnement plus moderne, ce qui permettra aussi de s’amuser plus facilement avec le micro manche, via une méchante Fuzz bien baveuse. Le vibrato Wilkinson est très fiable, sa tige se visse sans tomber et on peut en abuser sans compromettre l’accord, sous condition d’un tirant de corde pas trop fin.

Clone ou mix ?
La balance penche plus vers un mix fortement teinté Danelectro avec son timbre vintage. Est-ce la fin des instruments bon marché de la marque ? Son prix la place en effet face à une concurrence redoutable, spécialisée dans ce type de guitare, et très installée. Pas sûr qu’en laissant son ADN de côté, Danelectro gagne le match…
Olivier Davantès

Caractéristiques

  • Type : Solidbody
  • Corps : aulne
  • Manche : érable
  • Touche : palissandre
  • Radius : 10’’
  • Chevalet : Wilkinson
  • Micros : Lipstick (x3)
  • Mécaniques : standard
  • Contrôles : volume, tonalité, sélecteur 5 positions
  • Origine : Corée
  • Prix : 840€
  • Distributeur : www.stringsmusicimport.com

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

banner