À LA UNE New

HAGSTROM RETROSCAPE IMPALA BROWN BURST – Switchmaster

Une guitare aux formes étranges et aux switches multiples qui nous vient d’une autre époque : Hagstrom ressuscite l’Impala.

La nouvelle Impala est la réincarnation d’un modèle que Hagstrom a sorti en 1963. Empruntant son nom à la Chevrolet Impala produite à partir de 1958, cette guitare est le reflet de ces années 1960, particulièrement vivaces et créatives en Europe, avant que les modèles américains et japonais ne gagnent la préférence des musiciens. Hagstrom ose encore une touche d’originalité avec ce revival et offre ainsi une alternative aux grands classiques de la solid body. L’Impala était, avec la Condor (ex-Corvette), un modèle destiné aux musiciens professionnels. La version actuelle en reprend quasiment toutes les spécifications : la forme distinctive du corps, une tête asymétrique (moins strat-like que l’originale), le manche collé avec un talon particulièrement affiné et un accès exceptionnel jusqu’à la 17e case, 2 simples bobinages, 1 chevalet vibrato et 1 circuit de filtres très particulier. En effet, le potentiomètre de volume commun aux 2 microphones est couplé à 6 sélecteurs dont il faut maîtriser les fonctions pour ne pas s’y perdre. Chacun des micros a un interrupteur On/Off et 2 réglages de tonalités, l’un avec une sonorité brillante, l’autre particulièrement sourde. Une cinquième position,
 nommée Mute, coupe 
les aigus mais de manière
 moins caricaturale. Le
 dernier est un filtre coupe-
bas qui retire un peu de rondeur au son.

Tout ou rien ?
Les micros ont une réponse sensible au jeu, avec des aigus très tendus et perçants. En comparaison, les basses peuvent paraître un peu molles, ce qui pousse à un jeu plus énergique pour compenser. En son clair, les filtres coupe-haut de cette guitare rendent le son très cotonneux. En son saturé en revanche, chacune des configurations trouve une place, car les baisses de niveau et la perte de définition peuvent se compenser plus aisément avec les paramètres de réglage des effets. Les saturations grasses peuvent devenir très caverneuses par exemple ; les phrases mélodiques ou riffs devenir acérés. C’est donc dans les sonorités à la limite du crunch que ce modèle s’est avéré très plaisant à jouer… Non que les sons clairs soient mal restitués (ce n’est absolument pas le cas), mais plutôt que les couleurs très contrastées des filtres s’accommodent mieux des sons saturés que des sons clairs. Le cordier vibrato est raide et nécessite
un appui fort sur la tige. C’est une petite déception car, par ailleurs, la tenue d’accord est bonne grâce aux pontets à roulement du chevalet et le sillet lubrifié en Tusq. La finition et le confort de jeu sont très bons, avec un bon manche, un instrument pas trop lourd, bien équilibré en masse, et des microphones pas trop bourdonnants.
Cette Hagstrom Impala est un instrument aux sonorités parfois moins conventionnelles, au look discret (notamment cette finition sombre Brown Burst similaire à celle de l’époque) mais qui sait afficher sa singularité. Les micros remplissent pleinement leur rôle, avec des sonorités classiques aussi (micro manche et chevalet tonalité à fond) et quelques surprises qui pourront vous inspirer.
Benoît Navarret

Caractéristiques

  • Type : guitare électrique à corps plein
  • Corps : acajou
  • Manche : collé, en acajou
  • Touche : Resinator, 22 frettes
  • Micros : Hagstrom AlNiCo-5 Retro-S (x2)
  • Mécaniques : Hagstrom 15:1 à bain d’huile
  • Contrôles : 1 volume + 6 interrupteurs [Neck Pickup On/Off, Neck Tone On/Off, Bridge Pickup On/Off, Bridge Tone On/Off, Mute On/Off, Top (Bass Cut) On/Off]
  • Origine : Chine
  • Prix : 629€
  • Distributeur : www.laboitenoiredumusicien.com

Test paru dans le Guitar Part n°272

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password